17 recommandations pour redonner de la valeur à l’alimentationPublié le 29 juin 2018 par Isabelle DELOURME

Comment par une meilleure valorisation « de l’assiette », améliorer à la fois la réalité de l’alimentation et répondre aux enjeux de la pérennité des acteurs économiques, notamment agricoles ? Tel est le prisme choisi par les membres du Think tank agroalimentaire- Les Echos pour leur travail collectif de l’année 2017-2018, présenté publiquement le 28 juin 2018.

17 recommandations à destination du gouvernement et des acteurs de la filière ont été dégagées. Ces recommandations s’articulent autour de 4 axes : comment rétablir la confiance dans les modes de production ? ; améliorer la qualité nutritionnelle et valoriser la dimension santé des aliments ; donner une valeur sociétale à l’alimentation ; valoriser l’alimentation par l’innovation.

Face à des signaux de détérioration de la confiance des consommateurs pour leur alimentation, le think tank agroalimentaire suggère notamment d’améliorer la transparence des pratiques agricoles, d’établir un code de bonnes pratiques alimentaires à l’usage de l’industrie et d’inter-agir avec le consommateur pour se rapprocher de ses attentes. En parallèle, la création d’un « Science Media Center », sorte d’autorité, capable de valider aux yeux de la presse la pertinence de telle ou telle étude est une recommandation visant à limiter la confusion du public.

Pour améliorer la qualité nutritionnelle des aliments ou du moins l’information du public sur ce sujet, plusieurs recommandations visent à développer l’éducation alimentaire à l’école, améliorer l’étiquetage ou encore limiter le nombre d’ingrédients dans les produits transformés.

De grands espoirs résident dans la possibilité de donner à grande échelle une valeur sociétale à l’offre alimentaire. Cela pourrait passer par le développement d’un statut d’ « entreprise sociétalement contributrice » ou par un système de notation sociétale des produits.

Enfin, l’innovation alimentaire apparaît comme un facteur clé de création de valeur, avec comme objectif de « remplir les assiettes » et non plus les placards du consommateur. L’accès à l’alimentation change, les entreprises doivent s’y adapter, soit par le biais de nouvelles formules (plateformes d’intermédiation), de démarches de production agricoles segmentées, ou encore de la mutualisation de la logistique).

Le think tank agroalimentaire-Les EchosEVENTS, dont est membre Patrick Ferrère, Délégué général d’agridées, compte une quarantaine de participants issus des filières agroalimentaires, mais aussi des juristes, des économistes, des financiers, des communicants, des politiques, des enseignants,…).

 

Retrouvez l’intégralité des 17 recommandations du think tank agroalimentaire dans le rapport téléchargeable sur www.thinktank-agro.fr