2%Publié le 12 mai 2015 par Marie-Laure HUSTACHE

IddemAgriConneXionsC’est le (faible) pourcentage de « surfeurs » (c’est-à-dire des « utilisateurs d’internet et TIC très souvent connectés et mobiles ») identifié chez les agriculteurs, contre 10% de « surfeurs » du même acabit parmi le grand public. Un chiffre révélé par l’étude Agri ConneXions menée par le cabinet IDDEM qui a initié fin 2014-début 2015 le premier état des lieux sur ce sujet par téléphone au niveau national, sur un échantillon de 1200 exploitations agricoles connectées.

Dans ce même panel, le cabinet a ainsi identifié 20 % d’agriculteurs utilisateurs « fonctionnels » (souvent connectés et triant l’information), et 35 % de « distants » (allant régulièrement chercher l’information selon leurs besoins). Moins accros au TIC que la moyenne des Français, les agriculteurs seraient donc en même temps plus friands de services pour gérer leur quotidien de chef d’entreprise agricole.
Météo, messagerie, banque, services administratifs et informations techniques arrivent dans la “top-list” des technologies présentes ou installées par les agriculteurs connectés, en majorité depuis des ordinateurs fixes ou portables (19% des exploitations seulement sont équipées d’une tablette).
Autre information tirée de l’étude Agri ConneXions : les exploitations connectées ont une SAU moyenne de 103 ha supérieure à celle des mêmes exploitations dans leur ensemble (80 ha) et sont également beaucoup plus diversifiées.