Tetiere Lettre
La lettre agridées n°650 du 25 janvier 2019

Une idée, un point de vue : Les exporta-tions céréalières françaises ont un avenir

Photo YLM
Yves Le Morvan, Responsable filières et produits, agridées
La France exporte actuellement 34 millions de tonnes de blé tendre, maïs, orges, blé dur vers l’Union européenne ou les pays tiers. Et demain ?
Un humoriste a dit « Les prévisions sont difficiles, surtout lorsqu’elles concernent l’avenir ». Muni de cette humilité, il convient de dissocier le marché intracommunautaire (60% des flux de céréales françaises) des marchés des pays tiers (40% des flux) dont la diversité appelle de nouvelles propositions.
Dans l’organisation du marché intracommunautaire, les relations commerciales, techniques et financières entre opérateurs sont marquées par des anticipations et un dialogue continu. Tout comme sur le marché national, les conditions de création de valeur sont maitrisées. Lors de l’agridébat organisé par agridées le 22 janvier 2019 : « Filière céréalière française, construire une stratégie d’exportation »
Arnaud Petit le Directeur Exécutif du Conseil International des Céréales a dans son intervention souligné le poids du marché européen, ses perspectives de développement et la diversité des utilisations. L’intérêt et les mérites du grand marché européen sont trop souvent négligés pour toutes nos céréales, alors même qu’il constitue le principal débouché international pour le maïs et le blé dur.
Parallèlement, les échanges mondiaux de céréales poursuivent leur croissance permanente. Les mutations de ce marché sont radicales. Pour le blé, les pays du bord de la mer Noire sont devenus leaders à l’exportation (la Russie en premier rang) et prospèrent sur nos marchés historiques tels que Méditerranée-sud et Afrique notamment.
La filière céréalière française doit donc s’adapter, plus encore qu’elle n’a commencé à le faire. La Note de think tank que vient de publier agridées pointe trois leviers : améliorer la compétitivité des entreprises, organiser une véritable chaîne dédiée à l’exportation, élargir la palette qualitative de notre offre.
Ce thème de l’organisation de la chaîne exportatrice vers les pays tiers s’avère décisif, or il ne dépend pas des pouvoirs publics, mais d’une prise de conscience collective de tous les acteurs économiques suivie de leur évolution entrepreneuriale. Les participants des deux tables rondes de l’agridébat du 22 janvier 2019 l’ont affirmé, les exportations de céréales françaises pourraient connaitre un bel avenir : Si les entreprises savent fédérer leur énergie dans la continuité et avec une relation collaborative (« Les opérateurs français ont alors à jouer un rôle structurant » Pierre Duclos, Agri Trade Consulting, 1ère table ronde) ; et même au-delà dans le champ coopératif qui regroupe 75% de la collecte, si les coopératives repensent leur supply chain (« Il faut créer un nouveau modèle compétitif collectif, regrouper les bureaux de trading » Thierry Blandinières, InVivo, lors de la seconde table ronde).

Les idées ont été lancées, qu’elles soient débattues et qu’elles prospèrent !

Focus : Filière céréalière française : construire une stratégie d'exportation

Retrouvez ici la note publié le 22 janvier, les points clés et les interviews d'Arnaud Petit et Stéphane Bernhard.

Note : Filière céréalière française : construire une stratégie

Filière céréalière française : construire une stratégie
Colosse aux pieds d’argile, la filière céréalière française fait partie du club distinctif des grands exportateurs mondiaux, mais doit faire face à de nombreux vents contraires. Une tonne sur deux des céréales produites est exportée. Le blé, en tant que tel ou transformé en baguette, fait partie de l’image de la France à l’étranger. Notre commerce extérieur serait encore plus anémique s’il ne bénéficiait pas du solde exportateur céréalier, qui ne se compte pas en euros, ou en tonnes, mais en Airbus. En réalité, cette réussite se montre fragile....

POINTS CLES de l’agridébat du 22 janvier 2019.

POINTS CLES de l’agridébat « Filière céréalière française : Construire une stratégie d’exportation » du 22 janvier 2019.
En introduction de l’agridébat, Arnaud PETIT, Directeur Exécutif du Conseil International des Céréales (CIC), a présenté les activités du CIC puis évoqué les mutations des marchés céréaliers.
En relation avec les marchés Arnaud PETIT a évoqué le dynamisme continu de la consommation mondiale, la relative faiblesse des stocks, l’exacerbation de la concurrence entre exportateurs, le pôle de stabilité représenté par le marché intracommunautaire, l’importance du fret dans la composition du prix d’offre ….Et pour en savoir plus le CIC organise une Grain Conférence à Londres les 11 et 12 juin 2019...

3 Questions à :

Arnaud Petit

AP photo IGC logo 3
Arnaud Petit, Directeur Executif, Conseil International des Céréales
Présentez-nous cette organisation dont le sigle est connu, mais pas l’étendue des travaux.

Le CIC est une plateforme intergouvernementale de 56 pays dont l’objectif est d’accroître la transparence des marchés et de favoriser les échanges internationaux dans le secteur des grains. Le CIC assure une veille des marchés des céréales mais aussi des oléagineux et du riz, soit 16 commodités agricoles. Nous concentrons nos efforts sur le suivi quotidien des marchés physiques et du mouvement de ces commodités permettant ainsi d’avoir une idée plus précise des stocks, notamment des principaux exportateurs mondiaux. Depuis peu, nous offrons à nos membres l’opportunité de suivre les prix du blé et du soja « à destination » pour plus de 120 routes...

Stéphane Bernhard

Stephane Bernhard, dir InVivo Trading
Stéphane, Bernhard, Directeur d’InVivo Trading
En conclusion d’un de ses groupes de travail, agridées propose, dans sa dernière Note de think tank, plusieurs leviers pour construire une stratégie d’exportation de la filière céréalière française. Quels en sont pour vous les points décisifs ?

Les leviers identifiés par agridées dans sa note me semble pertinents. Le « mille-feuille » français n’est pas propice à l’optimisation du coût de la chaîne logistique. Le fait que la « Supply Chain » soit saucissonnée ne permet pas d’appréhender les flux de manière intégrée. La logique transactionnelle entre les différents acteurs de la filière export (organismes stockeurs, intermédiaires de transport, silos portuaires, chargeurs) empêche la fluidité logistique, la rotation optimale des outils logistiques et une structure intégrée légère et agile. Tous ces éléments sont bien entendu essentiels pour atteindre le niveau de compétitivité requis par les marchés globaux. Par ailleurs, nous ne produisons pas en ayant en tête les besoins des clients internationaux...

Agenda : lundi 25 février 2019

10h30-12h30

SIMA Paris
Porte de Villepinte, Hall 3 Mezzanine
afficheSIMA2019
Cette conférence proposée par le think tank agridées et AXEMA questionnera l’adoption (ou non) des technologies dans nos secteurs, en partant de l’expérience concrète des agriculteurs et en interrogeant celles et ceux qui observent les tendances d’un écosystème « AgTech » international en constante évolution.
Des plateformes de marché aux capteurs GPS, en passant par les biotechnologies, la robotique et la génétique, le débat portera sur les réalités d’usage de ces nouveaux outils et sur les innovations les plus prometteuses. Car pour le chef d’entreprise agricole engagé dans cette nouvelle transition numérique, désormais « augmenté » de savoirs et de solutions toujours plus personnalisés et libéré de nombreuses tâches, le challenge est bien de rester responsable, autonome et innovant sur son exploitation.

Voir le Programme

INSCRIVEZ-VOUS !

Groupes de Travail

Nos groupes de travail sont réservés à nos adhérents. Pour en savoir plus cliquer ici
La Réforme de la PAC de 2003, qui a acté l’abandon d’une politique agricole fondée sur des prix garantis et engagé un démantèlement des outils de maîtrise de la production, a mis les agriculteurs en prise directe avec le marché, duquel ils doivent à présent tirer leur revenu.
Le caractère encore récent du phénomène en agriculture, insuffisamment perçu par les exploitants eux-mêmes, nécessite d’être expertisé sur le plan juridique, comptable et fiscal afin d’envisager une meilleure adéquation des outils avec les réalités de ce secteur économique.
C’est à cette réflexion que le groupe de travail entend s’atteler.
Il existe aujourd’hui une demande significative de la part des consommateurs et des metteurs en marchés pour plus de visibilité des méthodes de production et de transformation agricoles et agroalimentaires. Pour y répondre, les acteurs des filières s’organisent en utilisant des outils numériques. Dans la continuité du groupe de travail “Big data : quels usages pour l’agriculture d’aujourd’hui et de demain”, ce nouveau groupe est l’occasion de discuter les démarches mettant en place des outils de traçabilité, de transparence, de visibilité dans les chaînes de valeur, ainsi que leurs objectifs, leur pertinence, et leurs impacts.

Nous participons

Mardi 5 février 2019

Animation par Marie-Laure Hustache, Responsable Communication, agridées, de la 7ème édition du congrès annuel à Paris (BPI France) de Carnot Qualiment, le mardi 5 février 2019.

Analyse

Nos analyses sont réservées à nos adhérents. Pour en savoir plus cliquer ici

Forum international de l'agriculture et de l'alimentation Berlin : focus sur le numérique

Forum international de l'agriculture et de l'alimentation Berlin : focus sur le numérique
Marie-Cécile Damave, Responsable innovations et marchés, agridées
Chaque année pendant la Semaine Verte à Berlin, le « Global Forum on Food and Agriculture » (GFFA) réunit de nombreux acteurs du monde agricole et agroalimentaire autour d’une thématique. En 2019, le GFFA s’est concentré sur les outils numériques qui transforment les chaînes de valeur à travers le monde. La tonalité des discours était plutôt pragmatique. Ont autant été présentés les espoirs du smart farming, de l’agriculture de précision et de la blockchain pour répondre aux Objectifs de Développement Durable, que les limites du déploiement de ces technologies dans le monde rural (impasses techniques, modèles économique encore en construction, nécessité de formation), des aspects auxquels agridées est sensible depuis longtemps dans ses travaux sur la transition numérique agricole (note, groupes de travail).

Brèves

Projection-débat du film "Food Evolution" avant sa sortie en France

Projection-débat du film « Food Evolution » avant sa sortie en France
© Tous droits réservés Claude Artier « Je ne me bats pas pour les OGM, je me bats pour la possibilité d’utiliser la science afin de prendre les meilleures décisions possibles. » : cette phrase prononcée par le journaliste et écrivain écologiste Mark Lynas dans le film « Food Evolution* » pourrait résumer le message central du documentaire signé Scott Hamilton Kennedy. L’occasion en …
M-L.H.© agridées

RDV Bercy : plus de richesses, moins d’inégalités

RDV Bercy : plus de richesses, moins d’inégalités
Pour la seconde édition des Rendez-vous de Bercy, Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie et des Finances a positionné les débats de la matinée du 22 janvier 2019 sur le thème « Rédéfinir le capitalisme au XXIème siècle – Plus de richesses, moins d’inégalités ». Cette rencontre s’inscrit dans lutte contre les inégalités, thème choisi par la France pour sa présidence du …
I.D.© agridées

Brexit sans accord : le gouvernement sensibilise les entreprises

Brexit sans accord : le gouvernement sensibilise les entreprises
Pour préparer les entreprises françaises à l’impact que pourrait avoir un Brexit sans accord, le gouvernement a décidé le 17 janvier 2019 de mettre en œuvre le plan préparé dans cette éventualité. Ce plan vise à permettre aux entreprises, en ciblant plus particulièrement les PME, d’identifier l’ensemble des impacts d’un Brexit sans accord sur leur activité : impacts sur leurs …
I.D.© agridées

Dynamique agricole 2019 : la diversité dans les projets et ceux qui les portent

Dynamique agricole 2019 : la diversité dans les projets et ceux qui les portent
La 27e édition du Prix National de la Dynamique Agricole et de la Pêche, organisée par Banque Populaire et Crédit Maritime, s’est tenue le 16 janvier 2019 à la Maison des Chambres d'agriculture à Paris, devant 200 invités. Ce sont cinq exploitations agricoles et une entreprise conchylicole qui ont été primées pour leur esprit d’entreprendre et leur ...
© agridées

Le chiffre : 75 milliards de dollars

"Le récent tsunami qui a endeuillé l’Indonésie a remis l’accent sur la permanence des catastrophes naturelles, et les médias, relayant les compagnies d’assurances, ont par ailleurs indiqué que les catastrophes naturelles de 2018 auront coûté à ces dernières 75 milliards de dollars. Il faut être très circonspect concernant la signification donnée à ce chiffre. " écrit Pierre Le Roy dans sa nouvelle chronique parue sur son site : “Catastrophes naturelles : l’accalmie ?” © agridées

Sur le web : Le plateau TV #VillageSemence revient au Salon International de l’Agriculture 2019

Le plateau TV #VillageSemence revient au Salon International de l’Agriculture avec la thématique « Innovation et biodiversité : les gages de la qualité de notre alimentation ! ». Un sujet au cœur des préoccupations actuelles. Pour cette édition 2019 du SIA, du 23 février au 3 mars, le plateau TV sera parrainé par Catherine PROCACCIA (Sénatrice du Val-de-Marne, Vice-présidente …

La Revue agridées

Numéro 235 : "Durabilité des matières premières : réconcilier consommateurs et producteurs"

p 28 CCM photo
Christophe Callu-Mérite, Directeur achats Matières Première Protéiques (Feed Alliance), président du Comité Durabilité de la FEFAC (Fédération européenne des syndicats nationaux de la nutrition animale)
Depuis quelques années, le consommateur est de plus en plus amené à s’interroger sur son alimentation et sur les conditions de production des aliments qu’il ingère. Force est de constater qu’il ne se passe presque plus de semaine ou de mois sans qu’un lien négatif ne soit fait, en particulier entre un produit alimentaire et les matières premières utilisées pour sa fabrication.
La prise de conscience des consommateurs est provoquée en grande partie par les ONG, lanceurs d’alerte, à partir d’images chocs. Celles de la déforestation de l’Amazonie résultant du développement de la culture du soja ont eu des conséquences sur les zones de production ou d’élevage. Le moratoire de 2006 a permis une très nette diminution de la déforestation dans l’Amazonie. Mais le fait est que les zones de cultures se sont progressivement déplacées vers le Cerrado, et aussi dans d’autres régions où les ONG sont moins impliquées. Cette pression médiatique au regard des conditions de
production des matières premières destinées à l’alimentation animale ou humaine suscite chez les consommateurs des réactions diverses, qui peuvent être « anti » (via des manifestations, pétitions, éducation, communication différenciée contre les OGM, l’huile de palme…), « pro » (Bleu-Blanc-Coeur), et induire de nouveaux comportements (locavore, flexitarien, achats équitables, manger moins mais mieux…), le tout dans un contexte de multiplication de logos…

Retrouver l’intégralité de cet article dans le numéro 235 de La Revue agridées page 32.

Votre abonnement n'est plus à jour ? Vous voulez recevoir La Revue agridées ?

cliquez ici !







Pour en savoir plus sur La Revue agridées

A noter dans votre agenda

Conférence : femmes et agriculture, écoféminisme, de nouveaux enjeux

Le 26 janvier 2019 au Mans.

Cette année, la journée de rencontre de l'Association Femmes d'histoire propose un débat sur le thème "Femmes et agriculture, écoféminisme, de nouveaux enjeux ?"

BEES : Les énergies vertes puissance 3

Les 30 et 31 janvier 2019 à Rennes.
3 Salons : Regen Europe est un nouveau salon majeur dédié à la valorisation énergétique et aux sous-produits issus des flux de biomasse solide et des déchets; Biogaz Europe le salon précurseur international pour le gaz vert et Bois Energie Industrie et Collectivités,salon international majeur dédié à la valorisation énergétique et aux sous-produits issus des flux du bois et de déchets du bois.

Jour SynerJ

Le 31 janvier 2019 à Paris.

La FCGAA et l’UNECA organisent à Paris le Jour SynerJ sur le thème de l’entreprise agricole et viticole exposée notamment aux contraintes liées au foncier, aux changements climatiques et aux nouvelles attentes & pressions sociétales

Conférence de lancement du Demeter 2019

Le 7 février 2019 à Paris.

A l'occasion de la prochaine parution du Déméter 2019, ouvrage de prospective sur l’agriculture, l’alimentation et les ruralités dans le monde, le Club Demeter organise un conférence à l'IRIS sur le thème "Agricultures mondiales : le déplacement de la puissance ?"

Expo photo Laurent Muratet : Agriculture(s) : se reconnecter à la terre

Du 8 au 10 février 2019 à Paris.
Une exposition photo "Agriculture(s)" aux objectifs simples : Remettre les producteurs au centre de la filière alimentaire ;
Sensibiliser à l’Agriculture Biologique, aux Sols Vivants, au Commerce Equitable.
Ces photos sont issues de reportages effectuées sur le terrain sur les 5 dernières années.

Exposition "Capital agricole"

Jusqu'au 10 février 2019 à Paris.
Une exposition qui montre l’importance du retour d’une agriculture adaptée à Paris et en Ile-de-France.
L’exposition, présentée au Pavillon de l’Arsenal par l’architecte Augustin Rosenstiehl avec le centre d’urbanisme et d’architecture de Paris et de la métropole, explore tout d’abord les rapports entre Paris et l’agriculture au fil du temps...

Colloque "l'État de l’agriculture en 2019"

Le 13 février 2019 à Paris.

L'Académie d'Agriculture de France propose de débattre de "l'État de l’agriculture en 2019" dont le fil rouge sera de positionner les agriculteurs face au changement.

Colloque "Cohésion territoriale et métropoles"

Le 18 février 2019 à Toulouse.

La Caisse des Dépôts, la Fondation Jean-Jaurès, la Fondation pour l’innovation politique, l’Institut Montaigne et Terra Nova s’associent, en 2019, autour de trois colloques dédiés aux enjeux de la cohésion territoriale. Déclinées de manière transversale, dans trois types de territoires (une métropole, une ville moyenne, un territoire rural),

Salon de l'agriculture 2019

Du 23 février au 3 mars 2019 à Paris.

le Salon de l’Agriculture revient mettre le foin à Paris.
Au programme : concours, dégustations, découvertes des spécialités des terroirs français, caresses aux mascottes de l’année, mais aussi les nombreuses animations de cet événement incontournable de la vie parisienne. Tradition oblige, il sera bien sûr rythmé par les visites des hommes politiques et prendra un caractère tout particulier en raison des enjeux sécuritaires actuels et des prochaines élections...

7ème édition du SIMA

Du 24 au 28 février 2019 à Paris.

Plus que jamais en phase avec les préoccupations actuelles du monde agricole, le prochain SIMA poursuit ses initiatives aux côtés de la filière et porte un regard à 360° sur des thématiques à forts enjeux : de l’agriculture biologique à l’Agtech, de l’agronomie à l’élevage... autant de sujets qui permettent de révéler la performance de toutes les agricultures.En savoir plus

L'agriculture en ville bouscule-t-elle le monde agricole ?

Le 27 février 2019, Salon de l'agriculture, Paris.
Cette conférence organisée dans le cadre du Salon de l'agriculture, se déroule en plusieurs temps : Premier temps : Agriculture urbaine, agriculture des champs. Quelles convergences ? Deuxième temps : Lutter contre le mitage périurbain...

agridées compte sur votre adhésion et votre soutien

Pour nous rejoindre ou renouveler votre adhésion, cliquer ici.
facebook twitter linkedin youtube