Tetière Lettre
La lettre agridées n°638 du 4 juin 2018

Une idée, un point de vue :

Un texte de loi aux mains des lobbies ?

DidierSallé2017
L’Assemblée nationale vient à peine de voter en première lecture le projet de loi « agriculture & alimentation » que la polémique enfle.




Ce texte doit donner corps aux résultats d’un long processus de concertation entre les différentes parties prenantes appelé Etats généraux de l’alimentation (EGA) qui a abouti, de façon inédite, à un constat partagé entre distributeurs, agriculteurs et industriels. Si son titre I, portant sur l’équilibre des relations commerciales, semble avoir suivi les conclusions des commissions des EGA, le titre II traitant de l’alimentation, pêcherait par insuffisance. Selon plusieurs commentateurs, les mesures qu’il contient n’honoreraient pas le « deal » sous-jacent au projet de loi : une meilleure rémunération des agriculteurs contre une montée en gamme des productions agricoles plus respectueuses de l’environnement. Au final, l’équilibre promis ne serait pas au rendez-vous.

Aussi comme souvent, certains commentateurs désignent un coupable tout trouvé: les lobbies et en premier lieu, selon l’expression choc d’un eurodéputé français, le ministre de l’agriculture lui-même, Stéphane Travert qui serait le « lobbyiste en chef ». Mais c’est oublier que ce sont les députés qui votent la loi. Pas les lobbies. Les industriels ont certes fait entendre leurs points de vue et leurs arguments – tout comme les ONG d’ailleurs – et le rapporteur du projet de loi, le député Jean-Baptiste Moreau a régulièrement, et de façon totalement transparente, rendu compte sur son fil twitter de toutes les auditions qu’il a eus (voir les pages 721 à 727 de son rapport). Cependant, il demeure bien qu’au moment du vote, seul compte le choix du parlementaire. Et si les groupes parlementaires se font fort de faire appliquer des consignes de vote, certains amendements de députés « franc tireurs » ont néanmoins pu être adoptés.

On peut citer par exemple, en ce qui concerne le volet environnemental, le vote de l’amendement de Barbara Pompili imposant des informations nouvelles à faire figurer sur l’étiquetage alimentaire comme « nourri aux OGM » ou le nombre de traitements par des produits phytosanitaires sur les fruits et légume frais, ainsi que celui de Delphine Batho qui reprend un proposition du WWF pour lutter contre la déforestation importée, en intégrant ce nouveau critère dans la politique conduite dans le domaine de la qualité et de l’origine des produits agricoles.

Au final, tous les points de vue y compris la cause animale – qui a obtenu la pose de caméras dans les abattoirs à titre expérimental et sur une base volontaire- ont pu se faire entendre, au risque il est vrai d’un texte « émietté » dont la cohérence d’ensemble demeure encore floue.
Une critique plus fondée serait de mentionner le « timing » étrange de ce projet de loi compte tenu de la mise sur le chantier par Bruxelles d’une directive portant peu ou prou sur les mêmes sujets, à savoir l’interdiction d’interdire les pratiques commerciales déloyales les plus dommageables dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire, de façon à garantir des conditions plus équitables pour les agriculteurs et les petites et moyennes entreprises de l’agroalimentaire.

Didier Sallé, conseil en affaires publiques, EURALIA


https://www.agridees.com/publication/un-texte-de-loi-aux-mains-des-lobbies/

A noter dans votre agenda

Impression

Inscrivez-vous vite à la conférence de notre Assemblée générale !

Jeudi 14 juin 2018 10h30-13h15

PAC 2020 : plus et mieux d’Europe

225px-Flag_of_Europe.svg_
Présentation des propositions de notre think tank par Patrick FERRERE, Délégué général d’agridées

Animation : Yves LE MORVAN, Responsable filières et produits d’agridées

Table-ronde :

– Robert BAAYEN, Chargé de la réforme de la PAC au Ministère de l’agriculture, de la nature et de la qualité alimentaire, Pays-Bas
– Florentina VOICU, Ministre plénipotentiaire, Ambassade de Roumanie à Paris
– Paolo DI STEFANO, Chef du Bureau de la Confédération nationale Coldiretti à Bruxelles
– Esther WINTERHOFF, Conseillère, Représentation permanente de l’Allemagne auprès de l’Union européenne
– Pierre BASCOU, Directeur pour la durabilité et l’aide au revenu, Direction générale de l’agriculture et du développement à la Commission européenne

Conclusion : Maurizio REALE, Président de la Section Agriculture, développement rural, environnement du CESE (Comité économique et social européen)

13h15 : cocktail déjeunatoire

Inscription via notre site

https://www.agridees.com/evenement/pac2020-plus-et-mieux-d-europe/

Nous participons, nous intervenons

Jeudi 7 juin 2018 : Les états généraux de la bioéconomie

Dans le cadre de cette journée organisée par le Conseil général du Grand Est à Châlons-en- Champagne, Marie-Cécile DAMAVE, Responsable innovations et marchés à agridées animera les débats.

Vendredi 8 juin 2018 : « L’expert 2024 »


Dans le cadre d’une formation dispensée aux experts fonciers, Jean-Baptiste Millard, Responsable gestion des entreprises et territoires à agridées, interviendra sur le thème de la cessibilité du bail rural hors du cadre, la patrimonialisation du bail rural et le rôle de l’expert à l’IHEDREA (nouveaux locaux à La Défense)

Focus

Téléchargez notre nouvelle note d'analyse « PAC 2020 : une réponse au défi européen »


225px-Flag_of_Europe.svg

3 Questions à

Patrick FERRERE, Délégué général d’agridées

Marc GENEVOIS, Directeur Général de SAP France

.
CA de saf agr’iDées
MarcGenevoisSAP

Analyses

law-1063249_960_720

Contrôle des structures : le GAEC qui s’agrandit en installant un jeune associé demeure prioritaire

La demande d’autorisation d’exploiter déposée par un groupement agricole d’exploitation en commun (GAEC), qui s’agrandit par l’effet de l’installation d’un nouvel associé, doit bénéficier du rang de priorité prévue par le schéma directeur des structures applicable.

@JBM agridées

Analyse en accès Adhérents

OCDE

L’OCDE réunit des acteurs internationaux de l’économie numérique Publié le 24 mai 2018

Les 14 et 15 mai 2018, l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) a réuni à Paris une quarantaine d’experts internationaux de l’agriculture numérique dans le cadre du Forum Mondial sur l’agriculture (Global Forum on Agriculture) avec un certain nombre de représentants des pays membres de l’OCDE dans une session intitulée « Récolter les fruits des technologies numériques dans le secteur agricole et alimentaire ». Agridées y a été invité à présenter le point de vue des agriculteurs et plus particulièrement les conditions d’adoption des technologies numériques, sur la base des travaux de notre think tank sur ces sujets. Cette réunion a permis d’illustrer les principaux changements dans la production et la commercialisation des produits agricoles et agroalimentaires entraînés par le numérique, l’utilité de ces outils, leur dimension sociétale, et les principaux leviers de politiques publiques concernés pour déployer ces technologies dans le monde agricole et agroalimentaire. Les informations liées à cet événement (programme, contexte, bios et présentations des intervenants) sont disponibles sur ce lien.

@MCD agridées


FC2A

L’agriculture au cœur de la bioéconomie

La Fédération du Commerce Agricole et Agroalimentaire (FC2A) a organisé son deuxième congrès régional Nord Est le 18 mai 2018 à Gérardmer. Après l’innovation en 2017, c’est la bioéconomie qui était le thème central de ce congrès 2018, intitulé « L’agriculture, au cœur de la bioéconomie ». Divers acteurs économiques et politiques régionaux (Grand Est et Hauts de France), nationaux et internationaux sont intervenus pour présenter leur vision et leur engagement dans la bioéconomie, sous l’œil attentif du grand témoin Sylvie BRUNEL.
L’animation était assurée par notre think tank. Les intervenants ont illustré, avec des cas concrets, comment la bioéconomie est un système où les décideurs politiques et acteurs économiques sont organisés en système à la fois top-down, bottom-up, et transversal, avec un souci primordial de décloisonnement entre filières et secteurs. L’innovation dans la bioéconomie est donc organisationnelle, mais également technologique, afin de répondre simultanément à un ensemble d’enjeux de développement économique, de sécurité alimentaire, du changement climatique, et également sociétaux, tant au niveau des territoires qu’à plus grande échelle, voire au niveau mondial.

@MCD agridées

Analyse en accès Adhérents



congrès-notaires

A Cannes, du 27 au 30 mai 2018, les notaires pensent le territoire de demain

« Demain le territoire » : tel est le thème que les notaires ont retenu pour leur 114e congrès. Ils entendent mettre leurs réflexions et leurs propositions juridiques au service d’un territoire capable, demain, de relever les défis alimentaires, énergétiques, environnementaux et d’être le socle d’une cohésion sociale à renforcer.

@JBM agridées

Analyse en accès Adhérents

Brèves

Des robots avec les agriculteurs

NViard-1-600x338
« Nous préférons concevoir des robots avec les agriculteurs plutôt que pour les agriculteurs. » a expliqué Peter Hanappe, chercheur au Sony Computer Science Laboratory, et invité à débattre avec d’autres spécialistes lors de notre agridébat du 16 mai dernier intitulé « Agriculture 2024* : des Hommes et des robots ». Pour sa part, Clément Baron, directeur technique d’Agreenculture, a également insisté sur l’objectif de concevoir des robots pour « remettre les Hommes au centre de l’exploitation ».

@MLH agridées

Carton plein pour la 3ème édition de VivaTechPublié

VivaTech-600x400
Carton plein pour la 3ème édition du salon des nouvelles technologies Viva Technology, co-organisé par Publicis Groupe et le Groupe Les Echos qui s’est tenu à Paris, du 24 au 26 mai 2018. Ce rendez-vous international de l’innovation et des startups a accueilli cette année plus de 100 000 personnes. 1 800 startups étaient présentes aux côtés de grands groupes. Les plus grands acteurs mondiaux de l’innovation ont répondu présent, tout comme plus de 300 orateurs internationaux. @ID agridées



Assemblée générale 2018 d’Agrial : des projets et des résultats

AG-CAEN-ZENITH-05-18-66-600x401
Agrial a tenu le 25 mai 2018 son Assemblée Générale annuelle à Caen, sous la houlette de son Président Arnaud Degoulet et de son Directeur Général Ludovic Spiers. L’occasion de faire le bilan des activités de 2017 et de constater les bons résultats du groupe coopératif d’origine normande.

@ID agridées

AGRICA renforce sa solidité financière en 2017

Agrica
Mardi 29 mai 2018 en conférence de presse, le Groupe AGRICA a présenté ses résultats financiers pour l’année 2017

Groupama Paris Val de Loire : un assureur au cœur des territoires

.
groupamaVDL2018-600x450
Crescendo. Le mot choisi par Groupama Paris Val de Loire pour son congrès 2018 organisé dans le cadre gigantesque de la Seine Musicale à Boulogne-Billancourt, résume la progression commerciale et les performances économiques de la caisse régionale d’assurances mutuelles, mais aussi ses ambitions pour 2020. Implanté dans 14 départements, allant de la Somme à l’Indre-et-Loire, Groupama Paris Val de Loire intervient à hauteur de 45 % de son chiffre d’affaires dans les secteurs de la santé et des dommages agricoles, mais aussi significativement dans l’assurance automobile, la prévoyance et les dommages entreprises et collectivités.

@ID agridées

PAC post-2020 : la proposition de la Commission européenne

.
225px-Flag_of_Europe.svg_
Dans un contexte post-Brexit, avec un budget global pour l’UE à 27 tablant sur 1279 milliards d’euros (Mds €) courants pour la période 2021-2027 (1,114 % du PIB)*, la Commission européenne a présenté le 1er juin 2018 sa proposition législative pour la prochaine politique agricole commune qui devait entrer en vigueur en 2021.

@ID agridées (…)

Le chiffre : 21,2 millions

Valhor-600x278
21, 2 millions de foyers français ont acheté au moins un végétal en 2017 selon une étude Kantar TNS réalisée pour l’interprofession française de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage Val’hor et FranceAgriMer, et révélée le 31 mai 2018 lors de la manifestation “Jardins, Jardin” aux Tuileries à Paris. En 2017, 54 % des foyers ont effectué au moins un achat en végétaux d’extérieur (ornement et potager), pour un panier moyen de 58,8 euros. Les plantes et fleurs à semer ou planter ont représenté 42 % des dépenses annuelles en végétaux d’extérieur, suivies des arbres et arbustes d’ornement (27 %), des plantes et plants potagers (24 %) et fruitiers (7 %).
Présente comme exposant à cet évènement, l’interprofession a rappelé par la voie de son Président Mikaël Mercier que “le végétal est essentiel à la vie”, dans des villes plus végétalisées et intelligentes. La filière de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage regroupe 53 000 entreprises spécialisées, et créé 170 000 emplois, générant une chiffre d’affaires de 14 milliards d’euros. Enfin Val’hor a profité de l’occasion pour lancer la deuxième édition de la Semaine des fleurs pour les abeilles du 15 au 24 juin 2018 en partenariat avec l’Observatoire Français d’Apidologie.

@MLH agridées

A noter dans votre agenda

52ème Congrès national des jeunes agriculteurs les 5, 6 et 7 juin 2018 à Lourdes

illu-site-web

Les culturales 2018 les 6 et 7 juin 2018 à l'Isle Jourdain

Bandeau1_1

L’agriculture, une cause nationale : le 7 juin 2018 à Paris



La Revue agridées

couv

Découvrez la couverture et le dossier du prochain Numéro 233 de La Revue agridées bientôt dans les boites aux lettres de nos abonnés !










facebook twitter linkedin youtube