Au cœur de l’actualité : les nouvelles biotechnologies appliquées à la santé et à l’agriculturePublié le 8 avril 2016 par Marie-Cécile DAMAVE

opecstLe 7 avril, l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et technologiques (OPECST) a tenu une audition publique sur « Les enjeux des nouvelles biotechnologies : la modification ciblée du génome avec CRISPR-Cas9 ». La vidéo de cette audition est disponible ici.

L’OPECST, composé de 18 députés et 18 sénateurs, a pour mission d’informer le Parlement des conséquences des choix de caractère scientifique et technologique afin d’éclairer ses décisions. La Commission du développement durable de l’Assemblée Nationale a saisi l’OPECST sur les enjeux économiques et environnementaux des biotechnologies afin de faire le point sur l’état des recherches en la matière et l’audition publique du 7 avril se situe dans ce cadre.

Lors de cette audition, le député Jean-Yves Le Déaut, président, la sénatrice Catherine Procaccia, vice-présidente, et la députée Anne-Yvonne Le Dain, vice-présidente de l’OPECST, ont mené les échanges avec différents experts sur les applications de ces nouvelles biotechnologies dans les domaines de la santé humaine (thérapie génique) et de l’agriculture.

A noter parmi les diverses interventions lors de cette audition : Michel Griffon, père du concept de l’agriculture écologiquement intensive, a indiqué que ces techniques « réalisent ce qui aurait pu se faire naturellement » et « s’intègrent dans la gestion attentive de la diversité des techniques de protection des plantes du raisonnement agroécologique ».  Les Parlementaires et des représentants de l’industrie ont montré leur volonté de sortir d’un débat binaire et de stratégie, comme cela a été le cas avec les OGM depuis 20 ans.

Cette thématique est plus que jamais d’actualité. Des interrogations demeurent quant à l’encadrement réglementaire de ces techniques. Pour leur application en agriculture, la Commission européenne devrait publier dans quelques mois son interprétation juridique visant à inclure ou exclure les unes ou les autres des NBT dans le champ d’application de la Directive OGM (2001/18). En France, le Haut Conseil des Biotechnologies (HCB) a été saisi de ce dossier par les ministères de l’environnement et de l’agriculture. Dans une première étape, il a fait un travail de définition des technologies en question, remis le 20 janvier dernier, et prolonge actuellement ses travaux afin de proposer un encadrement, dans une deuxième étape. Le sujet étant brûlant, plusieurs membres du HCB ont récemment démissionné.

De plus, une Française, le Professeur Emmanuelle Charpentier vient de recevoir le prix 2016 L’OREAL-UNESCO pour les femmes et la science pour sa découverte, en collaboration avec le Professeur Jennifer Doudna, également lauréate de ce prix, d’un « mécanisme moléculaire révolutionnaire qui permet de « rééccrire » le génome, ouvrant ainsi la voie à de nouveaux traitements contre les maladies génétiques » : le CRISPR-Cas 9. Ces techniques ont également des applications en amélioration des plantes, et font partie des nouvelles techniques de sélection (ou New Breeding Techniques – NBT) qui constituent la dernière étape du continuum de la science et des connaissances illustré dans notre agr’iDébat du 5 avril 2016 « La génétique, source de progrès continu en agriculture ».

 

Une affaire à suivre.