« Au Cœur des sols », 1er label d’agriculteurs dédiés à l’Agriculture de ConservationPublié le 30 janvier 2020 par Isabelle DELOURME

L’APAD (Association pour la Promotion de l’Agriculture Durable) a  présenté le 30 janvier 2020 le 1er label d’agriculteurs dédiés à l’Agriculture de Conservation des sols, intitulé « Au Cœur des sols ».

« Plus qu’un label, plus qu’une marque, c’est une réconciliation entre l’agriculteur et l’homme pour retrouver sa liberté et sa responsabilité. C’est aussi un appel à l’intention des citoyens, des consommateurs, des décideurs politiques, des médias, des chefs d’entreprise. Il faut réinventer le monde pour répondre aux enjeux individuels et collectifs » souligne François Mandin, président de l’APAD.

 

Ce label privé résulte d’un travail initié il y a deux ans par l’APAD, avec le soutien du ministère de l’Agriculture, pour que, via l’identification et la reconnaissance de l’Agriculture de Conservation des Sols, les agriculteurs qui la pratiquent puissent en tirer les fruits. Les agriculteurs des fermes labellisées « Au Cœur des sols » suivent les trois principes complémentaires  de l’Agriculture de Conservation des sols, reconnue par la FAO, à savoir l’arrêt total du travail du sol (perturbation mécanique limitée au dépôt de la semence dans le sol), la couverture permanente  des sols , la rotation et diversification des cultures). Ils s’engagent en outre dans une démarche de progrès continu.

 

Pour être labellisé l’agriculteur doit se rapprocher d’un groupe local APAD et rencontrer un auditeur de l’association. S’il répond aux critères du référentiel, il obtiendra le label « Au Cœur des sols » pour une durée de 5 ans. A mi-parcours, un audit intermédiaire est prévu pour contrôler le respect des critères. Actuellement 60 agriculteurs sont déjà labellisés et 120 en cours. L’APAD table sur 5 000 en 2025 et 10 000 en 2030.

 

Actuellement, en France, l’Agriculture de Conservation des Sols est adoptée par 4 % des agriculteurs (source APAD). Dans le monde, elle représenterait 11 % des surfaces cultivées.

 

A lire aussi : “Glyphosate : une certification de l’agriculture de conservation pour sortir de l’impasse, le point de vue de Jean-Baptiste Millard, Délégué général d’agridées