Biodiversité : le G7 et ses invités signent la charte de MetzPublié le 7 mai 2019 par Isabelle DELOURME

Réunis dans le cadre du G7 Environnement, et dans la perspective du Sommet du G7 à Biarritz, les Etats membres (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni), mais aussi l’Union européenne et les Etats invités (Chili, Fidji, Gabon, Mexique, Niger, Norvège), en présence de l’Egypte, ont adopté le 6 mai 2019 la Charte de Metz sur la biodiversité.

 

Par leur signature, ils se sont engagés à lutter contre l’érosion de la biodiversité au travers d’actions concrètes.

 

La Charte de Metz s’appuie sur le plan scientifique sur le récent rapport de l’IPBES (Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques). Ce groupe d’experts, l’équivalent du « GIEC » mais pour la biodiversité, s’y est montré très alarmiste suggérant d’élever les enjeux liés à la biodiversité au même niveau que ceux du climat.

 

Les signataires de la charte de Metz sur la biodiversité ont ainsi décidé d’accélérer les efforts pour lutter contre l’érosion de la biodiversité, d’encourager la participation d’autres acteurs et parties prenantes (et notamment de reconnaître pleinement la valeur économique et non économique de la biodiversité et de ses composantes), mais aussi d’appuyer l’élaboration et la mise en œuvre d’un cadre mondial de la biodiversité pour l’après 2020 (Vision 2050).