La bioéconomie en France : comment assurer sa durabilité ?Publié le 27 novembre 2018 par Marie-Cécile DAMAVE

Photo via Euractiv.fr

Le 20 novembre 2018, Euractiv, media en ligne spécialisé dans les affaires européennes, a organisé dans les locaux d’agridées un petit-déjeuner-débat intitulé « La bioéconomie en France : comment garantir sa soutenabilité ? », devant une audience d’une quarantaine de personnes.

Les participants à cette table ronde étaient des représentants de la Commission et du Parlement européens, du pôle de compétitivité Industrie et Agro-Ressources, des Chambres d’agriculture, et agridées. Ce fut pour nous une opportunité de partager les analyses et propositions de la note agridées « Bioéconomie : entreprises agricoles et société, une urgence partagée » récemment publiée et issue des réflexions du groupe de travail « L’agriculteur, maillon fort de la bioéconomie ».

 

Les principaux messages à retenir de cet événement sont les suivants :

  1. Pour que la bioéconomie se déploie et change d’échelle, il est nécessaire d’accompagner les acteurs dans leurs investissements (aux stades de la recherche et de la production), et de lever les freins réglementaires à la gestion des déchets. Certaines matières, aujourd’hui considérées comme des déchets, doivent changer de statut pour être considérées comme des coproduits, afin que des volumes plus importants soient valorisés en produits biosourcés.

 

 

  1. Les agriculteurs jouent un rôle-clé dans la bioéconomie, en apportant des solutions face à la pression des enjeux alimentaires, climatiques, énergétiques, et de gestion des déchets. C’est avec des pratiques et techniques de production à la fois plus productives et plus durables qu’ils pourront y répondre avec succès.

 

 

  1. L’engagement des chefs d’entreprise agricole dans la bioéconomie doit leur apporter en retour une meilleure image au sein de la société, et leurs actions en ce sens doivent être rémunérées, par exemple sous forme de Paiements pour Services Environnementaux. Pour tenir ses promesses, le monde de la bioéconomie ne pourra s’affranchir d’actions de communication positive sur le rôle essentiel qu’y jouent les agriculteurs.

 

 

Voir aussi l’article d’Euractiv publié à la suite de cet événement