Brexit, jour JPublié le 31 janvier 2020 par Yves LE MORVAN

friendship-Christian-Dorn-Pixabay.pngLe 31 janvier 2020 à minuit marque l’accord de séparation entre le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et l’Union européenne[1]. Les deux ex et futurs partenaires n’ont que 11 mois pour s’accorder sur leur avenir commun, l’Union européenne souhaitant proposer un accord de partenariat global. Dans l’attente, les conséquences visibles sont avant tout institutionnelles, le Royaume-Uni ne participant plus au fonctionnement des institutions européennes.

 

Il est probable que les mois qui vont venir seront parsemés de périodes de tensions du fait de l’importance des dossiers et du calendrier resserré. Il faudra ainsi négocier les conditions de circulation « interne » des personnes, des marchandises et services, de même que tous les accords extérieurs. Vaste programme !

Quant à la future PAC, le départ du Royaume-Uni amputerait son budget à situation égale d’un montant proche de 3 milliards d’euros.

 

A suivre également, mais par intérêt comparatif, les projets de PAC anglaise que le Royaume-Uni s’appliquera à l’avenir, a priori sur un calendrier de sept ans. Une politique agricole qui serait toujours assise sur des soutiens aux surfaces mais avec des objectifs environnementaux prononcés, dans “une vision de biens publics”.

 

Nous vous tiendrons tout au long de l’année informés des évolutions de ces négociations cruciales.

 

 

 

[1] cf. Décision (UE) 2020/135 du Conseil du 30 janvier 2020, Journal Officiel de l ‘Union européenne du 31.01.2020.