CoFarmingFest annonce déjà une 2ème édition en 2019Publié le 26 janvier 2018 par Marie-Laure HUSTACHE

Beau succès de la première édition  du #CofarmingFest organisé par l’association #Cofarming*, qui a réuni jeudi 25 janvier 2018 à Paris plus de 250 participants pour challenger ensemble les différentes facettes et promesses du “co-farming” ou “plateformisation” de l’agriculture.

Un public enthousiaste et varié — composé d’agriculteurs et d’ageekulteurs (avec notamment la communauté #France Agri Twittos et son fondateur Cyrille Champenois, céréalier des Ardenne), de consultants, d’entreprises du secteur et d’associations, institutionnels, de  start-ups — a pu ainsi assister tout au long de la journée aux interventions dynamiques d’experts et d’usagers d’outils de co-farming, participer à des ateliers questionnant le rôle du co-farming et son effet levier sur les changements de gouvernance et d’organisations, et écouter la table-ronde finale questionnant notamment le futur (plutôt prometteur) du co-farming,

De plus en plus connectés, les chefs d’entreprise agricole ont en effet bien compris quels services plus personnalisés et instantanés peuvent naitre de la mise en commun d’informations et de connaissances, mais aussi de matériel, de terres, de donnés, de connaissances. Et voilà qu’à peine émergent en  France en 2016, le phénomène du co-farming connait un boom sans précédent.

Changement de logiciels 

Normal“, affirme d’ailleurs Christophe Benavant,  professeur à l’université Paris Ouest et auteur du livre Plateformes (Fyp, 2016) invité aux débats de CoFarmingFest : “Le collaboratif en agriculture est juste un retour à un esprit de partage bien ancré dans le  monde agricole, démultiplié par les technologies de communication et à l’heure où l’on ne veut plus gaspiller ni argent ni matériel ni biens ni temps.”

Par la plateformisation, une nouveau modèle économique collaboratif est en effet généré, capturant de la valeur sur différentes interfaces (utilisateurs, fournisseurs, surtraitants, plateformes elles-mêmes…) et plaçant celle-ci dans l’usage et le service plutôt que dans l’objet, qui devient une commodité.  “Aujourd’hui pour être un bon paysan, il ne faut pas nécessairement être propriétaire de son foncier ou de son tracteur ! » clame haut et fort Mickaël Jacquemin, fondateur du site Echange Parcelle.fr, plateforme d’échange de parcelles agricoles ou viticoles éloignées de l’exploitation.

Autre intervention remarquée, celle de Jean-Baptiste Vervy, Directeur de la Stratégie Digitale du Groupe FDSEA51, Directeur TER’informatique et agriculteur, appelant à “déprogrammer ce que l’on s’est mis dans la tête depuis des années !  Le monde a changé, les règles ont changé donc l’agriculture doit changer“.

 

Conforté par la réussite de ce premier rendez-vous, une deuxième édition est déjà programmée en janvier 2019, a annoncé Jean-Paul Hébrard, président de #CoFarming et dirigeant de WeFarmUp en conclusions des débats, évoquant aussi la future création d’un réseau de co-farming européen.

 

*L’association #CoFarming, qui a édité l’an dernier son livre blanc sur le sujet, réunit aujourd’hui le pionnier WeFarmUp (Location de matériel entre agriculteurs), EchangeParcelles (échange de parcelles agricoles), FarmLeap (gestion collaborative de données), Agrifind (mise en commun de connaissances et La Balle ronde (achat et vente de fourrage entre agriculteurs.

 

Retrouvez sur twitter avec #CoFarmingFest un concentré des échanges de la journée

 

Voir aussi le CR de notre agridébat de février 2016 sur la “plateformisation en agriculture”, avec la participation de WeFarmUp :

Points clés de l’agr’iDébat “La plateformisation de l’agriculture : nouveaux services, nouvelles perspectives”