Commerce agroalimentaire : l’UE n° 1 mondialPublié le 12 juin 2018 par Isabelle DELOURME

Le dynamisme commercial de l’Union européenne vient d’être salué par le rapport annuel 2017 sur les échanges commerciaux agro-alimentaires récemment publié.

Les exportations de l’UE chiffrées à 137 milliards d’euros (+ 5,1 %) et les importations qui s’établissent à 117 milliards d’euros (+ 4,5 %), permettent de calculer un excédent commercial net en produits agro-alimentaires de 21 milliards d’euros.

Phil Hogan, Commissaire à l’agriculture, a déclaré à l’occasion de la publication de ces chiffres : « Le succès du commerce agricole est clairement lié aux réformes de la PAC qui permettent aux producteurs européens d’être compétitifs sur les marchés internationaux. Mais c’est aussi grâce à la réputation mondiale des produits de l’UE qui sont de grande qualité, sains et produits de manière durable. Notre programme commercial ambitieux – avec des succès récents dans les négociations avec le Canada, le Japon et le Mexique – aide les agriculteurs et les producteurs alimentaires de l’UE à tirer pleinement parti des opportunités sur les marchés internationaux tout en instaurant des garanties nécessaires pour les produits les plus sensibles ».

En 2017, l’Union européenne a bénéficié d’un contexte de hausse des échanges mondiaux de produits agro-alimentaires (+3,6 %/2016), tout comme ses principaux challengers. Les 5 principaux exportateurs  (UE, US, Brésil, Chine, Canada) ont ainsi enregistré une hausse en valeur de leurs exportations agro-alimentaires de + 4,3 %, et les 5 principaux importateurs (UE, US, Chine, Japon, Canada) une augmentation de leurs importations agro-alimentaires de + 5,3 %.

 

En valeur, les exportations de l’UE (depuis les matières premières jusqu’au produits hautement transformés) sont en 2017 majoritairement constituées de produits agroalimentaires divers (91 Mds €), des vins (11 Mds €), des boissons spiritueuses (10 Mds €), de la nourriture infantile (7 Mds €, de la viande de porc (5 Mds €) des chocolats et crèmes glacées (5 Mds €). A noter la forte baisse des exportations de blé en valeur résultant d’une baisse de production combinée à des stocks mondiaux importants et des prix bas. Le rapport souligne que les exportations vers les 5 principaux partenaires actuels de l’UE (US, Chine, Suisse, Russie et Japon) ont progressé.

Coté importations, l’UE a entrepris de diversifier ses sources d’approvisionnement. Depuis deux ans, la part des deux principaux pays d’origine (Brésil et US) s’est réduite au profit d’autres fournisseurs. L’UE se procure ainsi des produits peu ou pas cultivés sur sa zone géographique en raison des conditions naturelles (fruits tropicaux, café,…), mais aussi de produits utilisés principalement pour l’alimentation animale, ou employés comme ingrédients dans les processus de transformation ultérieure (huile de palme, tourteaux,..). La moitié des importations agroalimentaires en valeur de l’Union européenne en 2017 proviennent du Brésil (11 Mds €), des Etats-Unis (10 Mds €), d’Argentine (5 Mds €), de Chine (5 Mds €), d’Indonésie (5 Mds €), de Suisse (4 Mds €), de Turquie (4 Mds €) et de Côte d’Ivoire (3 mds €).

 

Le rapport complet présente également un aperçu des résultats commerciaux des principaux partenaires de l’UE (Etats-Unis, Chine, Brésil, Japon, Russie) et de leurs flux commerciaux avec l’UE, ainsi qu’un chapitre sur le commerce et la coopération avec les pays les moins avancés (PMA).