Covid-19 et agriculture : les Régions ont du talentPublié le 20 mai 2020 par Isabelle DELOURME

Depuis le début du confinement, en vigueur depuis le 17 mars 2020, dû à la pandémie de Covid-19, les Régions expliquent agir en coordination avec le gouvernement et avec les services déconcentrés de l’Etat. Elles ont dû ajuster leurs mesures en temps réel et faire monter en puissance leurs dispositifs. Toutes les politiques des Régions sont frappées de plein fouet par l’épidémie. L’agriculture aussi. Des mesures sectorielles ont été adoptées en urgence, grâce à des procédures accélérées dont le coût global est en cours d’estimation. Le site Régions de France recense et actualise les mesures adoptées par les 18 Régions dans cette crise, classées par secteur.

Impossible de les citer toutes. Voici donc quelques exemples des mesures prises par deux Régions :

 

L’Occitanie

Le 3 avril 2020, la Région a adopté un plan d’urgence sanitaire, économique et solidaire pour faire face à l’épidémie de Covid-19, doté de 250 M€ et générant un effet levier de 450 M€.

« Nous avons la chance en Occitanie de disposer d’une agriculture performante et très diversifiée : arboriculture, grandes cultures, élevage, maraîchage constituent le socle de nos territoires. Le soutien que l’État et la Région apportent à l’agriculture s’inscrit dans une triple exigence : nourrir les habitants de la région notamment par les circuits courts, soutenir une activité socle de très nombreux emplois particulièrement dans l’industrie agro-alimentaire et enfin assurer le maintien des emplois dans les territoires ruraux » a déclaré Étienne Guyot, préfet de la région Occitanie, préfet de la Haute-Garonne.

A travers ce plan, la Région Occitanie a réaffirmé son soutien aux secteurs agricole et agroalimentaire en lançant des dispositifs spécifiques pour accompagner les exploitations et les entreprises agricoles dans la mise en place de débouchés locaux et ainsi maintenir leur activité (https://hubentreprendre.laregion.fr).

Les formes sont variées.

  • Mise en place d’une plateforme digitale « Solidarité Occitanie Alimentation » ;
  • Des aides pour la livraison de produits alimentaires locaux (aide à la livraison à domicile de 80€ par semaine, à destination des producteurs ; accompagnement à la création d’initiatives de co-livraison ; maximum 3 000€ par initiative) ;
  • Soutien aux structures d’aide alimentaire : elles peuvent bénéficier à la fois des aides existantes (aides à l’investissement) ou exceptionnelles (aides à la livraison) mises en place par la Région pour la collecte et la distribution des denrées alimentaires ;
  • Fonds de solidarité pour les entreprises de moins de 10 salariés, création d’un Pass REBOND Occitanie pour permettre aux entreprises et exploitations de poursuivre leur plan d’investissement ou d’assurer des investissements d’urgence pendant la période de crise. Il est également ouvert aux entreprises conchylicoles et aux entreprises de transformation des produits de la mer (subvention maximale portée à 200 000 €, contre 20 000 € auparavant), taux de subvention de 50% pour l’ensemble des filières en augmentation notamment sur les filières agricoles, agro-alimentaires, forêt/bois et agri-touristiques, …

 

Outre ces dispositifs particuliers, la Région permet à tous les agriculteurs et producteurs de bénéficier de reports ou d’exonération d’échéances, pour ceux ayant des engagements financiers avec la Région, d’un accès facilité à des prêts comme le Fonds Régional Garantie Bancaire avec BPI pour des prêts de trésorerie auprès des banques, et le Prêt Rebond Occitanie à 0% pour renforcer les fonds propres des entreprises.

 

 

L’Île-de-France 

Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France, et Alexandra Dublanche, Vice-présidente chargée du Développement économique, de l’Attractivité, de l’Agriculture et de la Ruralité, ont présenté le 6 mai 2020 en visioconférence les aides d’urgence de la Région Île-de-France pour l’agriculture francilienne, dans le contexte de la crise sanitaire liée au Coronavirus (Covid-19), en présence de Christophe Hillairet, Président de la Chambre d’agriculture d’IDF. Un fond d’urgence de 1,5 M€ a été dégagé pour aider la trésorerie des horticulteurs et pépiniéristes, durement touchés par la fermeture de leurs marchés, ainsi qu’une aide d’urgence de 150 000 euros pour les centres équestres. La Région s’est également engagée à réaliser une commande publique d’1 M€ d’arbres et végétaux pour le site de St Ouen et les lycées franciliens.

« Nous allons également débloquer 1 M€ pour aider les agriculteurs à développer les circuits courts de commercialisation en bonifiant à hauteur de 70 % les investissements destinés à la création de drives, de box ou de vente à la ferme » a déclaré Valérie Pécresse.

Enfin, La Région va financer l’achat de produits agricoles et alimentaires par les associations caritatives auprès des agriculteurs franciliens pour répondre à l’urgence alimentaire et solidaire de certains franciliens.