Covid-19 : Pour un « après » soutenablePublié le 4 juin 2020 par Yves LE MORVAN

France Stratégie, institution autonome placée auprès du Premier ministre, a lancé presque de façon prémonitoire en février 2020 un séminaire « Soutenabilités » avec la participation d’une centaine de personnalités. L’objectif étant de réfléchir à l’émergence d’un modèle de société soutenable, que ce soit sur les plans économiques, sociaux, écologiques ou démocratiques. Les travaux doivent s’achever au début de 2021.

 

La crise pandémique que nous vivons a particulièrement révélé les vulnérabilités de notre société et nous entraîne vers un nouveau référentiel en matière de politiques publiques. En conséquence France Stratégie a accéléré et décidé dès avril de publier les principales pistes de débats dans un premier rapport intitulé « Covid-19 : pour un « après » soutenable » –  7 questions pour préparer demain. https://www.strategie.gouv.fr/projets/seminaire-soutenabilites . Ce document se présente sous forme de questionnements, ce faisant il adresse déjà des orientations. Les 7 thèmes de travail sont les suivants :

  • Quelles attentes à l’égard de la puissance publique par rapport aux risques ?
  • Quel modèle social pour « faire avec » nos vulnérabilités ?
  • Quelles interactions humains-nature, mondialisation et pandémies ?
  • Quelles relations entre savoirs, pouvoirs et opinions ?
  • Numérique : nouveaux usages, nouvelles interrogations,
  • Quelles interdépendances et quelles formes d’autonomie à différentes échelles ?
  • Quelle voie pour une économie soutenable ?

 

Au même moment, France Stratégie a ouvert un espace contributif jusqu’au 31 mai 2020, dédié aux libres opinions des organisations, think tanks,…qui souhaitaient participer à ces réflexions collectives en intégrant une vision à long terme.

 

Agridées a choisi de « poster »une contribution  sur le troisième thème « interactions humains-nature, mondialisation et pandémies ». En effet, il y a bien un diagnostic partagé, avec d’un côté les conséquences à maîtriser d’une pression démographique mondiale sur les écosystèmes, d’une déforestation dans certains pays, des atteintes globales à la biodiversité…et de l’autre côté la nécessité de promouvoir la transition alimentaire avec un nouvel équilibre entre protéines végétales et anomales. Par contre la démonstration linéaire d’une relation systémique déforestation/perte de biodiversité/responsabilité des élevages conventionnels doit être débattue. Notamment au regard des capacités des élevages modernes en Europe à maîtriser les épizooties, à faire évoluer leur nutrition, et au vu de leurs propres aménités environnementales.

 

Le texte de la contribution d’Agridées (B.Valluis/Y.Le Morvan) paraîtra dans la Revue N° 241 du Think Tank de fin juin 2020, et en Note d’Analyse sur notre site.