Ferme France veut fédérer autour d’un nouvel étiquetage sociétalPublié le 7 février 2018 par Marie-Laure HUSTACHE

 

C’est un peu un pari fou, issu d’une prise de conscience commune après les débats lancés au moment des Etats Généraux de l’alimentation : lancer d’ici 2019 une nouvelle étiquette « citoyenne » sur les produits issus du monde agricole, notant ces derniers sur « 100 points » selon plusieurs critères (bien-être animal, rémunération des agriculteurs, traçabilité des produits, nutrition et santé, réduction et alternatives aux phytosanitaires, protection et restauration de l’environnement, du climat et de la biodiversité, contribution au bien commun). Un étiquetage “intelligent”, capable d’évoluer en temps réel grâce aux outils digitaux mis en place, mesurant les progrès effectués tout au long de la chaîne de valeur du champ à la commercialisation.

 

 

 

« Nous ne voulons pas créer un outil de performance de plus, mais générer une émulation collective. Notre projet d’étiquetage Ferme France est plus qu’une ambition, c’est aujourd’hui, en 2018, une obligation d’agir pour les acteurs de nos filières ! » commente avec enthousiasme François Attali, Directeur marketing de Terrena et Président de l’ officiellement lancée ce jour par le groupe coopératif Advitam, mais aussi Fleury Michon, Sodebo et Terrena  (et à laquelle quelques organisations ont apporté leurs soutiens techniques : ADEME, Bleu Blanc Cœur, GS1, INRA, LIT Ouest Territoire d’élevage). A ses côtés, Maximilien Rouer, porte-parole et Directeur du développement de Ferme France, insiste sur les bénéfices de cette “démarche collective interfilières ouverte, « collaborative », évolutive”, véritable levier de différentiation et de création de valeur en France et à l’international.

 

Un beau pari, certes, au moment où les consommateurs de plus en plus exigeants mais aussi de plus en plus perdus dans la jungle des étiquettes, des mentions marketing et des autres démarches d’informations existantes ou à venir (Nutriscore, etc.). Là se situe bien tout l’enjeu de cette très (trop ?) ambitieuse démarche au nom fédérateur : convaincre qu’elle n’est pas un label de plus. mais qu’elle voit plus loin…

 

L’association, qui a par ailleurs reçu aussi le soutien de Serge Papin PDG du Groupe Système U,  lance un appel aux adhésions (acteurs économiques, associations, interprofessions, groupements de producteurs, ONG, et citoyens-consommateurs) et sera présente au prochain Salon International de l’agriculture, sur son stand situé hall 4.

 

A lire également : le Compte-rendu de notre agridébat “Décrypter les étiquettes avec Daniele Bianchi”