Future PAC et pacte vert européen : les priorités françaises, allemandes et espagnolesPublié le 20 décembre 2019 par Isabelle DELOURME

Julia Klöckner, Luis Planas et Didier Guillaume

Julia Klöckner, Luis Planas et Didier Guillaume

En marge du Conseil des ministres de l’agriculture de l’Union européenne des 16 et 17 décembre 2019, les ministres de l’agriculture d’Allemagne, d’Espagne et de France ont publié une déclaration conjointe le 19 décembre pour mettre l’accent sur leurs priorités pour la prochaine PAC, dans le contexte du pacte vert européen et alors que les négociations de la PAC vont entrer dans leur phase finale sous la présidence croate.

Ils souhaitent une PAC ambitieuse pour assurer la viabilité économique des exploitations agricoles et des zones rurales, tout en répondant aux attentes de la société européenne, en particulier sur les enjeux environnementaux.

 

Les trois pays soutiennent la proposition de la Commission sur l’architecture verte de façon à apporter un soutien adapté aux agriculteurs pour mettre en œuvre la transition vers des systèmes de production plus durables en vue d’atteindre la neutralité carbone à horizon 2050.

 

Ils sont en faveur d’une conditionnalité renforcée et d’un éco-régime obligatoire et insistent sur le fait que la transition environnementale doit se dérouler dans un cadre européen basé sur des règles communes, en évitant des distorsions de concurrence afin que les mêmes exigences communes s’appliquent à tous les agriculteurs européens pour une production de produits agricoles et agroalimentaires répondant à des standards environnementaux élevés.

 

Ils s’accordent sur le fait que la nouvelle PAC nécessite des financements appropriés afin de répondre aux attentes et aux exigences élevées que nous avons vis à vis de nos agriculteurs européens.

 

Enfin, ils appellent de leurs vœux une PAC plus efficiente et plus simple pour ses bénéficiaires. Le nouveau cadre de performance nécessite d’être simplifié pour assurer une mise en œuvre efficace pour les bénéficiaires, les États membres, les Länder, les Communautés autonomes et les Régions et être plus compréhensible pour les citoyens.

 

Les ministres invitent tous les autres ministres de l’agriculture qui le souhaitent à soutenir cette déclaration.