Gaia-X, espoir d’un meta-cloud européenPublié le 5 juin 2020 par Isabelle DELOURME

Bruno Le Maire, ministre de l’économie et son homologue allemand Peter Altmaier, ont présenté le 4 juin 2020 la concrétisation du projet d’infrastructure européenne de données « GAIA-X », à l’occasion d’un évènement dédié au projet rassemblant par visioconférence des représentants du monde économique et scientifique des deux pays, ainsi que de la Commission européenne.

 

« A partir de la coopération entre 11 entreprises allemandes et 11 entreprises françaises, l’Europe pourra promouvoir une nouvelle culture de de la gestion des données d’entreprise s’appuyant sur les principes d’ouverture, d’interopérabilité, de transparence et de confiance. La crise du coronavirus a révélé que nos données peuvent nous permettre de surmonter des épidémies plus rapidement et plus facilement, à condition que les Européens aient confiance dans la collecte et le stockage de leurs données. Gaia-X répond à cette demande en offrant une solution sûre » a déclaré Bruno Le Maire.

 

Parmi les fondateurs de ce consortium, se trouvent notamment Atos, Edf, Orange, Safran, et Dassault Systems. Ils sont accompagnés par près de 300 entreprises européennes et internationales, et organisations scientifiques afin de mener à bien cette initiative.

 

Un premier concept d’architecture technique a été présenté le 4 juin 2020 (https://www.data-infrastructure.eu/GAIAX/Redaktion/EN/Publications/gaia-x-the-european-project-kicks-of-the-next-phase.pdf). Il détaille les servcies centraux nécessaires à l’écosystème, les règles et normes européennes à respecter et les besoins des utilisateurs. Il comporte près de 40 exemples d’application, notamment en agriculture, mettant en évidence la valeur ajoutée que peut apporter Gaia-X face au statu-quo.

 

Rappelons que ce projet de « data-sharing » a été initié par les deux pays en février 2019 lors de la publication d’un manifeste franco-allemand. Une feuille de route a été convenue ensuite en octobre 2019, établissant la coopération franco-allemande dans le domaine de l’intelligence artificielle, ainsi que d’une approche commune pour une infrastructure européenne permettant de conserver notre souveraineté sur les données. L’idée d’une infrastructure de données européenne a ensuite été présentée pour la première fois lors du Sommet sur le numérique en octobre 2019.