Groupama Paris Val de Loire : un assureur au cœur des territoiresPublié le 29 mai 2018 par Isabelle DELOURME

 

Crescendo. Le mot choisi par Groupama Paris Val de Loire pour son congrès 2018 organisé dans le cadre gigantesque de la Seine Musicale à Boulogne-Billancourt, résume la progression commerciale et les performances économiques de la caisse régionale d’assurances mutuelles, mais aussi ses ambitions pour 2020. Implanté dans 14 départements, allant de la Somme à l’Indre-et-Loire,  Groupama Paris Val de Loire intervient à hauteur de 45 % de son chiffre d’affaires dans les secteurs de la santé et des dommages agricoles, mais aussi significativement dans l’assurance automobile, la  prévoyance et les dommages entreprises et collectivités.

L’année 2016 avec ses catastrophes climatiques a laissé la place à une année 2017 plus calme qui a permis à l’assureur d’enregistrer une hausse du chiffre d’affaires non-vie de 4,3 % (renforcé par une progression du courtage), et de parvenir à 540 M€ tout en dégageant une contribution aux résultats consolidé de Groupama de 17,8 M€. Daniel Collay, Président de Groupama PVL a souligné la trajectoire positive que suit la caisse régionale depuis 5 ans. D’ici 2020, Groupama PVL entend notamment conforter sa position sur le marché agricole, atteindre le top 3 en assurance Prévoyance/Santé, conserver sa stabilité économique en maintenant ses fonds propres à 605,1 millions d’euros, se développer en particulier sur les marchés des particuliers et des collectivités pour faire progresser son chiffre d’affaires à 600 M€, tout en améliorant sa satisfaction clients.

 

Particulièrement présent dans l’accompagnement des territoires, Groupama PVL a développé des partenariats ou des services pour ses sociétaires. C’est notamment le cas en agriculture pour aider les chefs d’entreprise agricole à innover et prévenir les risques, avec Isagri et les stations météo connectées, l’école d’ingénieurs UniLaSalle au sein de la Chaire de management des risques en agriculture, le groupe coopératif Axereal sur l’assurance des récoltes. Les startup, les entreprises innovantes, les particuliers ou les associations bénéficient également de services ou leviers. Au total en 2017, plus de 464,5 M€ (soit 90 % du chiffre d’affaires) ont ainsi été réinjectés dans l’économie locale. Un point fort pour un assureur, de plus en plus challengé par des acteurs non-français qui se positionnent sur le moins disant lors des appels d’offres.