IAR et Terrasolis mettent en avant les réalités de la smart agriculturePublié le 16 juin 2020 par Marie-Cécile DAMAVE

Le 12 juin 2020, Terrasolis et le pôle IAR ont organisé conjointement une journée technique sur le thème de la smart agriculture, en format webinar. Cet événement s’est articulé autour de trois sessions, chacune comprenant la présentation de cadrage d’une technologie (intelligence artificielle, imagerie spatiale et blockchain) et plusieurs cas d’usage. Agridées y a présenté la blockchain, avec ses enjeux, ses usages, ses promesses et ses réalités, sur la base des réflexions du groupe de travail « Quels outils numériques dans la chaîne alimentaire ? ».

 

Les principales applications de l’intelligence artificielle (IA) évoquées lors de cet événement avaient trait au monde de l’élevage. Le « smart grazing » (littéralement le « pâturage intelligent ») a été présenté par l’Institut de l’élevage (IDELE). Celui-ci est un des partenaires impliqués dans le projet de recherche européen Cattlechain, qui a pour objectif de suivre en temps réel le temps de pâturage des vaches laitières et des bovins viande à l’aide de technologies embarquées (IOT) pour augmenter la productivité, la durabilité des élevages et le bien-être des animaux (modélisation par IA), en traçant les produits de ces animaux par blockchain, avec des indicateurs de leur bien-être, jusqu’aux consommateurs.

 

La société Dilepix a également présenté ses solutions basées sur l’IA pour analyser le comportement des animaux d’élevage et proposer des diagnostics dans les domaines de la santé, des performances, du bien-être et de la reproduction des animaux.

 

En matière d’imagerie spatiale, ce sont les applications en productions végétales qui ont été mises en avant lors de cette journée technique. A partir d’un très grand nombre de données satellites, plusieurs sociétés parviennent à construire des indices de vigueur : Smag, avec son partenaire Geosys, en grandes cultures et Terranis avec son partenaire ICV en viticulture, grâce à l’outil Oenoview.

 

Enfin, Connecting Food a montré comment elle mobilise la blockchain pour tracer les produits en continu et en temps réel de la ferme au point de vente, en y associant un audit digital des produits. Connecting Food a présenté plusieurs filières où ce système a été mis en place : la filière laitière avec la coopérative Prospérité Fermière Ingrédia et sa démarche RSE Via Lacta, et la filière canard avec le Groupe Terres du Sud et sa marque Delmond notamment.  Objectifs : répondre aux demandes des consommateurs d’une information plus complète sur les produits alimentaires et les rassurer sur leur origine, leur qualité et leurs modes de production.

 

Au-delà des promesses, la « smart agriculture » devient donc une réalité avec la mise en place par les acteurs de la production d’outils qui mesurent précisément leurs performances pour être plus durables et afficher cette durabilité en la traçant jusqu’aux consommateurs. Alors que les filières animales sont souvent critiquées (bien-être animal non respecté, impacts environnementaux négatifs, surconsommation de produits carnés dans les régimes), ce sont ces filières qui pourraient bénéficier le plus de l’agriculture de précision. En mesurant plus finement et en temps réel leurs performances, elles tendent vers plus de durabilité et de qualité et en apportent les preuves tangibles aux consommateurs. Une belle promesse est en train de se transformer en réalité !