Innovation en agriculture : le CESE priorise la recherche et l’acceptabilité sociétalePublié le 11 janvier 2019 par Isabelle DELOURME

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a voté le 8 janvier 2019 son avis « L’innovation en agriculture », en présence du Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Didier Guillaume.

Betty Hervé et Anne-Claire Vial, étaient les rapporteures du projet d’avis au nom de la section de l’agriculture, de la pêche et de l’alimentation.

Le CESE identifie des leviers nécessaires, afin de mieux accompagner le secteur agricole dans les transitions économiques, technologiques, environnementales et sociétales. Ils sont les suivants :

« Le CESE appelle à adapter les modalités et les contenus de la recherche aux défis que doit relever l’agriculture française, à travers des approches systémique et transversales, notamment en encourageant les travaux interdisciplinaires et les démarches intégratives et collaboratives.

Le CESE recommande également de conforter la recherche fondamentale et rendre plus efficiente l’organisation de la recherche française en revoyant les modalités des appels à projets ainsi qu’en coordonnant les travaux des différents organismes, en mutualisant leurs champs de compétences respectifs, voire en procédant à des rapprochements structurels.

Le CESE préconise de renforcer l’accompagnement des démarches institutionnelles, associatives et coopératives innovantes, notamment en facilitant l’accès des groupements d’exploitations innovantes au Crédit Impôt Recherche (CIR), en restreignant l’utilisation du CASDAR aux initiatives bénéficiant aux professionnels et en maintenant les financements publics destinés à l’accompagnement de collectifs d’agriculteurs innovants.

Les filières pouvant jouer un rôle clé de catalyseur et de régulateur en matière d’innovation, le CESE appelle à amplifier leur implication et recommande en particulier de systématiser la dimension « innovation » dans les plans de filières conçus par les interprofessions.

Dans un contexte où les relations entre agriculture et société sont parfois délicates, notamment en raison des impacts environnementaux et sanitaires du secteur, et alors que l’innovation en agriculture amène une multitude d’enjeux (par exemple éthiques), le CESE alerte particulièrement sur l’importance de permettre à l’ensemble de la société de se prononcer en connaissance de cause sur l’acceptabilité des innovations issues de la recherche.

Le Conseil appelle ainsi à une transparence totale sur l’ensemble des travaux scientifiques liés aux innovations, à destination des citoyens et des parties prenantes et insiste particulièrement sur la nécessité de prévenir tout risque déontologique ou de conflit d’intérêt ».