19/01/17

Claude Risac

Directeur des Relations extérieures et de la Communication du Groupe Casino

Claude Risac est Directeur des Relations extérieures et de la Communication du Groupe Casino. Il nous explique les initiatives des différentes enseignes du Groupe, afin de développer et soutenir l’offre des filières agricoles.

 

 

1/ Le Groupe Casino travaille avec les filières agricoles. Quels types de relations mettez-vous en place ? 

Nous avons beaucoup de rencontres avec les différentes filières agricoles. Au-delà des « grandes messes », nous avons une politique systématique de rencontres par « temps calme ». Avec la filière caprine, nous avons par exemple organisé fin 2016 une rencontre avec une quinzaine de producteurs des Deux-Sèvres, des directeurs de magasin, des responsables de département et notre médiateur. L’objectif était de mieux se connaître hors période de crise et de valoriser davantage les produits fermiers dans une dimension régionale.

Nous déployons également des partenariats à long terme avec les éleveurs et les transformateurs. Dans un contexte de baisse tendancielle de la consommation de protéines animales, et surtout de viande bovine,  ces partenariats permettent d’élever la qualité et avec un prix garanti et stabilisé qui donne de la visibilité au producteur pour développer son activité et investir. Nous avons ainsi signé la charge laitière des valeurs proposée par la Fédération Nationale des Producteurs de Lait (FNPL) et nous venons de signer l’accord « Cœur de gamme » avec la Fédération Nationale Bovine (FNB) pour les races à viande. Nous avons aussi renforcé nos relations de partenariat avec la coopérative Altitude en lançant une filière dédiée, la Génisse primeur Altitude qui concerne 50 éleveurs du Massif Central. Il faudrait aussi citer parmi les autres partenariats, celui qui concerne la filière agneau avec les coopératives Unicor et Arcadie Sud-ouest, la création d’une filière porc Label Rouge avec Arcadie et celui pour la volaille élevée sans antibiotique dans le Gers (Terre & Saveurs).

Il s’agit de contrats tripartites à long terme, portant sur des volumes d’achats et des prix stables fondés sur les coûts réels de production, qui nous permettent d’avoir des produits de qualité avec une traçabilité totale. Nous prendrons d’autres initiatives de ce type en 2017.

Enfin, pour améliorer les relations avec le monde agricole et ses fournisseurs, le groupe Casino a aussi nommé un Médiateur interne, Philippe Imbert. Il est agréé par le Médiateur des Relations Commerciales Agricoles au Ministère de l’Agriculture et peut intervenir pour trouver des solutions à  problèmes ponctuels lors de la vie du contrat.

 

 

2/  Au-delà de ces partenariats, vous impliquez-vous directement dans la production également ?

Nous apportons notre soutien aux filières locales. En 2013, le groupe Casino a collecté le lait de producteurs des monts du Forez, qui se sont trouvé en difficulté suite à l’arrêt de l’activité de leur transformateur, pour le commercialiser sous la marque « Lait des éleveurs du Monts du Forez ». La reprise par Casino, deux ans plus tard, de l’Entreprise Laitière de Sauvain (ELS) en difficulté, située dans les Monts du Forez (42) a permis de renforcer cette actions par la création d’une filière complète et la promotion et distribution sur le plan national de ses produits (fourmes AOP de Montbrison et d’Ambert, fromages locaux, et lait ». Avec l’enseigne Franprix, nous commercialisons également le lait Cant’Avey’Lot sous la marque « Lait de la vallée du Lot » et répondant au cahier des charges de la charte « Bleu Blanc Cœur ».

Par ailleurs le groupe Casino a aussi repris en mai 2015 à Gastronome (Groupe Terrena) un site de conditionnement de volailles qui, après rationalisation de l’outil industriel, a permis de créer une filière volaille intégrée 100 % française. Nous avons ainsi pu lancer fin 2016, par exemple, une filière poulet sans antibiotique pour la MDD de l’ensemble des enseignes du groupe Casino. Ce site de production rebaptisé Luché Tradition est implanté dans la Sarthe.

 

 

3/ Le groupe Casino comprend un éventail très large d’enseignes (Géant Casino, Leader Price, Monoprix, Naturalia, Vival, Spar, Sherpa …). Fort de cette proximité avec tous les types de consommateurs, comment avez-vous vu évoluer la demande en matière alimentaire ces dernières années ? 

Le consommateur veut davantage d’offres et de services. Dans le groupe Casino, notre maître-mot est la proximité. C’est notre savoir-faire historique.  Outre notre présence dans les grandes villes avec les enseignes Monoprix (premium) et Franprix, dans les quartiers et centre-ville avec Petit Casino et Casino Shop,  nous avons aussi des supermarchés Leader Price (hard-discount), des supermarchés Casino (offre premium avec notamment le rayon traiteur) et des hypermarchés Géant Casino (discount) au sein de galeries commerciales de services, assez proches des villes. L’enseigne Vival est essentiellement présente en milieu rural, avec des fonctions multiservices (photocopies, relais colis, bibliothèque de livres,…). Les magasins Spar se situent quant à eux plutôt dans des endroits touristiques.

 

 

4/ La naturalité compte parmi les valeurs que met en avant le groupe Casino. Comment se traduit-elle dans votre offre alimentaire ?

Notre vocation est de proposer en rayon ce que le consommateur souhaite. Le marché du bio est en croissance, tout comme celui des produits Premium. Nous encourageons donc le développement de ce type de produits, afin de répondre à cette demande qualitative. Toutefois, pour 44 % des français, le prix reste le premier critère d’achat et nous devons conjuguer les différentes attentes des consommateurs.

Leader Price a ainsi une gamme produits bio pour l’alimentation des bébés. Depuis un an, nous avons lancé la démarche  « Agriplus ». En partenariat avec des acteurs déjà engagés dans l’agro-écologie, elle permet de valoriser dans nos rayons des viandes sans antibiotiques ou des légumes surgelés sans résidus de pesticides. Autre exemple, la baguette bio Monoprix qui est désormais le standard proposé dans tous les magasins de l’enseigne.

Depuis 2011, Casino a lancé une gamme intitulée « le Meilleur d’ici » qui comprend des produits locaux (transformés ou non) mais fabriqués dans un rayon de 80 km, autour de nos supermarchés et hypermarchés. Cette gamme bénéficie d’animations commerciales toute l’année. Une initiative similaire a été mise en place avec le CERVIA en Ile de France, avec ainsi la mise en avant de charcuterie, de bière et d’épicerie salée. Monoprix a la même démarche avec la gamme « Made in pas très loin » qui comprend 160 produits issus de la région parisienne.

 

Propos recueillis par Isabelle Delourme

 

Crédit photo : Casino

@SAFThinkTank

Autres interviews :