09/03/17

Dominique Bussereau

Président de l’Assemblée des Départements de France

1/Quels sont pour vous les principaux enjeux d’aménagement du territoire liés aux territoires ruraux ? 

 

Les territoires ruraux, dans leur grande diversité, sont extrêmement importants pour le pays.

Ils représentent plus de 70 % du territoire et 40 % de la population française vit dans des communes rurales ou péri-urbaines ; ces territoires connaissent souvent une nouvelle croissance démographique qui illustre leur vitalité. Il faut donc répondre aux besoins de la population et permettre à ces territoires de se développer en s’appuyant sur leurs atouts. Or, les inégalités territoriales s’accroissent entre les territoires et certains sont menacés de « décrochage ».

On observe également que les services publics indispensables à la vie quotidienne ont tendance à se réorganiser au détriment des territoires ruraux (accès aux soins par exemple). Dans les domaines des infrastructures de téléphonie mobile et d’accès au haut débit, les territoires ruraux souffrent d’un retard trop important qui entrave leur développement. C’est également le cas dans le domaine des transports. Ces enjeux sont d’autant plus importants dans le contexte de la crise qui frappe l’agriculture française comme l’a souvent évoqué Xavier Beulin dont je tiens à saluer la mémoire et l’engagement au sein de la FNSEA. Par ailleurs, notre pays vient de connaitre de profonds bouleversements institutionnels avec la création des très grandes Régions. Il est à craindre que dans ce contexte, les territoires ruraux aient du mal à se faire entendre.

 

 

2/  En quoi les Départements sont-ils des acteurs essentiels pour les territoires ruraux ?

Le Département est la collectivité de la cohésion sociale et territoriale. C’est en effet souvent la seule collectivité en mesure de porter des politiques structurantes à grande échelle, tout en gardant la proximité indispensable avec les territoires. Par ailleurs, vu l’état des finances publiques, l’échelle départementale est souvent la bonne échelle pour mutualiser les moyens publics.

Ainsi les Départements agissent quotidiennement pour développer les territoires et répondre aux besoins des habitants : ils gèrent les routes, les collèges, financent la solidarité sociale, soutiennent financièrement les agriculteurs, dans le cadre de conventions passées avec la région, financent les laboratoires d’analyse. Ils développent le tourisme, apportent un soutien technique et financier souvent indispensable aux projets des collectivités locales, créent et gèrent les espaces naturels sensibles, développent la culture…

Les Départements élaborent depuis cette année avec l’Etat, la stratégie d’organisation des services au public. Ils sont également des acteurs essentiels pour permettre l’accès à la téléphonie mobile et au très haut débit.

 

 

3/ Pour les Départements, quelles sont les priorités pour permettre le développement des territoires ruraux ? 

Au niveau national, l’Assemblée des Départements de France (ADF) est favorable à une politique d’aménagement du territoire volontariste : l’avenir de la ruralité doit être une priorité notamment dans les domaines des transports, de l’accès au haut débit, des services publics, ou dans celui du logement pour revitaliser les centres-bourgs par exemple. On ne peut se contenter de croire, que la croissance économique des métropoles bénéficiera « par ruissèlement » aux territoires ruraux.

Concernant les collectivités locales, je préconise un renforcement de la décentralisation qui donnera plus de souplesse, afin qu’elles puissent travailler de manière plus coordonnée. Ainsi, les Départements doivent pouvoir amplifier leurs politiques et il faut leur en donner les moyens : ils  doivent, en cohérence avec les Régions, pouvoir soutenir l’économie locale qui a besoin de proximité et de réactivité. Ils doivent également pourvoir intervenir sans contrainte juridique pour soutenir les territoires dès lors qu’une crise climatique, sanitaire, économique frappe brutalement un territoire : sécheresse, inondations, épizootie animale, fermeture d’un site industriel etc…  Ils doivent pouvoir très largement aider les collectivités locales pour faciliter et accélérer la réalisation de projets. Mais surtout, l’une des premières priorités est l’accès universel au Très haut débit mobile.

 

 

Propos recueillis par Isabelle Delourme.

 

 

*** Retrouvez l’interview complète de Dominique Bussereau dans le numéro 227 à paraître de la revue Agriculteurs de France.

 

 

Crédit photo : Mélanie Chaigneau

Légende photo : Actuel Président de l’Assemblée des Départements de France, Dominique Bussereau, Ancien Ministre, est aussi Député et Président du Département de la Charente-Maritime.

@SAFThinkTank

Autres interviews :