21/08/18

Fabrizio Delage Paganini

Co-fondateur de Valeur Tech et co-organisateur d'Agritech 2018 au Maroc

Valeur Tech, en collaboration avec NGE Impact (Hub Africa), co-organisent du 24 au 27 septembre 2018 à Casablanca (Maroc) un événement faisant la promotion des technologies appliquées aux filières agricoles porteuses : l’arboriculture, l’horticulture, les grandes cultures, le maraîchage, la viticulture, l’élevage, la pêche…

Nous avons rencontré Fabrizio Delage Paganini, co-fondateur de Valeur Tech qui nous en dit plus sur ces futures rencontres Agritech.

 

 1/ Pourquoi avoir initié cette 1ère édition d’Agritech 2018 ?


Cette mission s’inscrit dans le prolongement de notre récente Mission Agtech en Ukraine. Sur le même format (3 jours pleins) nous souhaitons promouvoir les technologies françaises agricoles de pointe en accompagnant une délégation d’entreprises françaises souhaitant mieux comprendre les enjeux et opportunités que revêt le marché marocain. Au vue des récentes annonces concernant les directives du Plan Maroc Vert, le Maroc affiche en effet ses ambitions de développement technologique en agriculture. Des investissements sont en cours de réalisation dans l’irrigation notamment (solution d’optimisation goutte à goutte, sonde capacitive bilan hydrique, station météo connectée) mais aussi dans les solutions de prévention des maladies/ravageurs et de gestion des adventices. Les drones ont aussi le vent en poupe avec un intérêt grandissant de la part des producteurs. Tout comme les outils d’aide à la décision et les logiciels de gestion d’exploitation (notamment de comptabilité) qui se développent à vive allure.

On constate aussi un intérêt grandissant pour les solutions low-tech également pour les petites exploitations sachant que la répartition des productions est détenue à 50% par les céréales, 20% par les plantations fruitières, 10% pour l’arganier, 5% les légumineuses et 5% par les cultures maraîchères. De grandes potentialités de développement de solutions technologiques (notamment autour du déploiement de réseau bas débit pierre angulaire du développement de parc de capteurs en zone agricole) se développent dans toutes ces filières avec un Etat qui tend à subventionner de plus en plus l’acquisition de ses équipements. Nous avons souhaité confronter les besoins des acteurs locaux aux acteurs technologiques français.

2/ Quelles sont les attentes des acteurs sur place en matière d’agriculture augmentée ?

En plus des attentes exprimées ci-dessus, il y a une grande méfiance des producteurs marocains concernant le cloud, d’où l’intérêt d’aiguiller ces derniers sur la compréhension des enjeux de data management agricole et sur le conseil agronomique autour de la superposition de couches matériels et logiciels les plus créateurs de valeur. Il nous faut amener un pack France capable de montrer l’ubiquité des différentes solutions afin de combiner le meilleur du savoir technologique pour le maximum de création de valeur opérationnelle.

3/ Quels messages aimeriez-vous aussi adresser aux start-ups françaises en amont de ce RDV ?

Comme l’a encore prouvé la mission Valeur Tech en Ukraine, il est important de venir rencontrer les acteurs sur place pour prendre pleinement conscience des enjeux et opportunités des acteurs locaux. En France nous avons trop souvent tendance à rester entre nous et à reporter au lendemain l’international qui pourtant est notre marché. Or venir sur place, mettre en place des démonstrateurs, c’est se donner la chance de trouver des futurs clients avant que d’autres concurrents étrangers vous passent devant ! Le marché agricole marocain est demandeur : à nous de leur montrer que nous avons en France chaussures à leur pieds. ll faut aller vite, le marché n’attend pas, je vous laisse donc le soin de regarder notre programme AgriTech2018 au Maroc (https://lnkd.in/gbdj_sx) et je reste à votre disposition pour vous transmettre de plus amples informations sur la mission !

Propos recueillis par Marie-Laure HUSTACHE

Pour plus d’informations :  f.delage@valeur-tech.com

 

@SAFThinkTank

Autres interviews :