20/01/17

Jean-Jacques Gaudiche

Co-fondateur de Terrafine

 

1- Comment l’idée de créer Terrafine vous est-elle venue ? 

L’idée résulte de 2 constats :

  1. Un grand nombre d’entreprises agricoles souffrent d’un déficit de trésorerie. Bien qu’elles disposent de capitaux important immobilisés dans la propriété des moyens de production, en particulier dans le foncier, elles n’ont plus les moyens d’honorer leurs engagements ou réaliser les investissements nécessaires à l’amélioration et la pérennité de leur outil.
  2. La valeur de l’entreprise agricole dépend fortement de sa capacité à céder l’intégralité de ses moyens de production.

 

Terrafine a été créée pour permettre aux entreprises agricoles en situation de fragilité économique de mobiliser des liquidités conséquentes en cédant la propriété du foncier tout en conservant son droit à l’usage et à sa transmissibilité.

 

 

2/ Pouvez-vous nous décrire schématiquement le mode de fonctionnement de cette structure coopérative et en quoi est-elle novatrice ? 

Terrafine propose un outil de financement efficace reposant sur le portage foncier et la cession bail ou « leaseback ».

L’entreprise agricole souhaitant bénéficier d’un apport de trésorerie vend à Terrafine une partie de ses actifs immobiliers (terres agricoles). Terrafine lui consent en retour un bail cessible (loi du 05.01.2006). Cette cession est assortie d’une faculté de rachat au prix initial que le cédant peut faire valoir dans un délai de 5 ans. Le financement de Terrafine est assuré par des investisseurs qui en souscrivant des parts bénéficient d’une réduction d’impôt.

 

 

3/ En quoi le caractère solidaire de la démarche est de nature à rassurer les agriculteurs ? 

Terrafine est une SCIC Société Coopérative d’Intérêt Collectif agréée Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale (ESUS). Le statut de coopérative implique une gouvernance démocratique (1 associé, 1 voix) et transparente. Les associés sont répartis en 3 collèges (investisseurs, salariés et agriculteurs bénéficiaires). La SCIC ne permet aucune dérive spéculative puisque les membres ne bénéficient que d’une rémunération limitée du capital souscrit. Sa seule finalité est de contribuer au développement durable des territoires ruraux en France dans ses dimensions économique et sociale.

 

Propos recueillis par Jean-Baptiste MILLARD

@SAFThinkTank

Autres interviews :