20/08/15

Jérémie Wainstain

Directeur général de la start-up The Green Data

Président et cofondateur de la première plate-forme de big data agricole au service du monde agricole, Jérémie Wainstain répond à nos questions.

Cet entretien est paru dans la Revue Agriculteurs de France n°217, juin 2015.

 

Agriculteurs de France : Entre le Big data et l’agriculture : peut-on parler de fantasme ou de réalité ?

Un peu des deux sans doute. La Big Data peut créer de la valeur en agriculture par le traitement de gros volumes de données sur le climat, les intrants, les sols ou les semences. Ces données permettent déjà de produire mieux pour moins cher, tout en respectant l’environnement, et, en ce sens, la « Big Data pour l’agriculture » est déjà une réalité. D’un autre côté, il y a toujours ce fantasme d’une accumulation infinie de données pour décrire de plus en plus précisément le réel, et pour moi cette approche reste une utopie. L’agriculture est un système, complexe certes, mais ça reste un système, causal et compréhensible. Je pense que la clé sera donc la pertinence des données plutôt que leur quantité. Aura-t-on réellement besoin de toutes les données ultra-techniques du machinisme agricole par exemple ou de capteurs positionnés sur toutes les plantes ? Rien n’est moins sûr. Je suis partisan d’une approche sélective plutôt que massive.

Agriculteurs de France : Comment définir l’approche française de la big data agricole ?

En France on a beaucoup de données agricoles mais elles sont éparpillées un peu partout chez une multitude d’acteurs. Comme souvent : le contexte français est favorable mais horriblement compliqué ! Il faudra sans doute à terme, syndiquer toutes ces données sur une ou plusieurs plateformes afin de faire des croisements et créer des applications pertinentes. Pour le moment, nous (TheGreenData) avons choisi de nous mettre au service des entreprises de l’agro-alimentaire (coopératives, négociants, industriels, etc.) pour créer des applications Big Data par filière. Notre objectif, c’est de « modéliser l’agriculture » le plus efficacement possible pour aider ces entreprises à mieux simuler leur activité et leur fournir des recommandations pertinentes sur leur production agricole, leur logistique de collecte et l’écoulement de leurs produits sur les marchés.

Agriculteurs de France : Comment voyez-vous ces services dans le futur ?

Je pense que ces nouveaux services d’aide à la décision vont s’imposer massivement, tant auprès des industriels que des agriculteurs. Qui aurait imaginé il y a dix ans qu’on pourrait vous recommander aussi finement tel ou tel produit comme le font Amazon ou Netflix ? Plus l’environnement est compliqué, et plus on a besoin de recommandations pour nous aider à prendre les bonnes décisions. Or le secteur agricole devient de plus en plus compliqué et incertain, donc je pense qu’on va vivre une évolution similaire. D’ici cinq à dix ans, vous aurez des algorithmes qui seront capables de faire des recommandations pointues, et qui aideront les hommes du métier à anticiper les risques agricoles, les rendements des parcelles ou la qualité de protéine du blé, tout en étant capable d’évaluer la pertinence de leurs propres prédictions. C’est sur ce type de technologie que nous travaillons aujourd’hui.

En savoir plus : http://www.thegreendata.com/

Propos recueillis par Marie-Laure Hustache

 

@SAFThinkTank

Autres interviews :