08/07/15

Robin PLACET

Organisateur du premier « Food Hackathon » organisé à Paris les 25, 26, 27 septembre 2015

Co-fondateur de Engagement Labs, qui accompagne les entreprises dans leur transformation digitale, Robin Placet a géré il y a quelques années une chaîne de restauration aux Etats-Unis. Passionné de « food », il lance à la rentrée le premier « food hackathon » parisien dédié à cette thématique, axé développement durable.


Agriculteurs de France : Quel est le concept du « hackathon » et plus spécifiquement du vôtre ?

Un hackathon est à l’origine un rassemblement de développeurs informatique organisés par équipe autour de porteurs de projet avec l’objectif de produire un prototype d’application en quelques heures. Le terme est composé des mots « hack » (en programmation, le hack est une solution rapide et bricolée pour contourner un problème, quel qu’il soit) et « marathon ». Aujourd’hui les entreprises traditionnelles sont très peu organisées pour comprendre et intégrer le changement de paradigme que constitue le Digital en général et les réseaux sociaux en particulier. Ces nouveaux liens virtuels ont donné naissance à de nouvelles manières d’échanger l’information, certes, mais aussi et surtout à de nouvelles manières de consommer. Chacun aimerait que cette transition digitale fasse dans la concertation, l’accompagnement, la discussion, l’échange… c’est exactement la vocation du food Hackathon : un temps où des entreprises agroalimentaires peuvent collaborer avec une génération de « Digitale natives » sur des projets d’innovation visant à améliorer le système alimentaire. Que vous soyez entreprise, entrepreneur, graphiste, développeur, en « ré-invention » professionnelle ou simplement passionné de food : tout le monde est le bienvenu !

 

Agriculteurs de France : Pouvez-vous nous en dire plus sur l’angle environnemental que vous avez choisi ?

Notre évènement, qui se déroulera au NUMA, s’intitule « Changeons le (food) système, pas le climat ». Il part de l’idée que la nutrition, la consommation collaborative, les circuits courts, l’éducation au « mieux manger » contiennent autant de pistes et de solutions à explorer ensemble pour bâtir un système alimentaire meilleur pour l’Homme, meilleur pour la planète. Au regard de mes valeurs personnelles, il était logique d’être ainsi une partie prenante dans le contexte de l’ énorme débat politique et citoyen que constitue la COP21. Le système agro-alimentaire tel qu’il existe aujourd’hui ne répondra plus aux besoins de demain, et ce n’est pas moi qui l’affirme, mais bien l’industrie dans son ensemble qui le constate ! Le secteur doit se réinventer en tenant compte des nouveaux enjeux et des « nouveaux joueurs ». Nous avons choisi quatre thématiques pour contribuer (modestement) à ce vaste chantier : nourrir mieux, l’antigaspi, la nouvelle distribution, Eduquer/ sensibiliser.

 

Agriculteurs de France : Quel serait l’indicateur (ou les indicateurs) de réussite de votre initiative (création d’une application originale, etc .) ?

Cette rencontre est avant tout un temps, une parenthèse, où des personnes aux profils variés vont se rencontrer, échanger, et créer ensemble. La réussite d’un hackaton comme celui-ci serait que des projets naissent et perdurent, mais surtout que les piliers du secteur agroalimentaire traditionnel repartent avec l’envie de mettre en place de nouveaux modèles de business avec du sens et de la valeur ajoutée, et surtout que de jeunes pousses et start-ups tissent de véritables liens avec des industriels souvent inaccessibles.

Food + Digital
Infos : www.foodhackathon.paris

 

Propos recueillis par Marie-Laure Hustache

@SAFThinkTank

Autres interviews :