INTL FCStone : gérer le risque de prix des produits laitiers avec les marchés à termePublié le 29 novembre 2019 par Marie-Cécile DAMAVE

Le 28 novembre 2019, la société INTL FCSTONE a organisé une rencontre intitulée « De nouvelles perspectives sur les marchés laitiers » pour présenter la nécessité de sécuriser les incertitudes économiques liées à la volatilité des marchés des produits laitiers et la solution des outils financiers pour y répondre. Cet événement était animé par Stefan Nether, chargé du développement d’affaires produits laitiers chez INTL FCSTONE. Ce sujet reste d’actualité quatre ans après la sortie des quotas dans l’Union Européenne, puisque les acteurs économiques des filières laitières ne se sont que faiblement emparés de ces outils, par comparaison avec les acteurs des filières des céréales par exemple. Rappelons que dans la note « Lait : opportunités et stratégies gagnantes » de janvier 2015, agridées proposait déjà aux acteurs d’utiliser ces outils.

 

Pourtant, la volatilité des prix des produits laitiers est importante. Son amplitude a considérablement augmenté pour le beurre ces dernières années. La société INTL FCSTONE apporte des solutions en matière de courtage financier, d’information marchés, de conseil et d’outils financiers de gré à gré. Elle est leader sur EEX, plateforme de marchés de matières premières qui s’est récemment ouverte aux produits agricoles : produits laitiers (principalement beurre et poudre de lait écrémée) et pommes de terre d’industrie. Peter Blogg, responsable des matières premières agricoles à l’EEX, était lui-même présent à la rencontre du 28 novembre.

 

INTL FCStone y a présenté les options sur les marchés à terme comme des moyens souples de se protéger du risque prix, comparables à une assurance. Jérôme Chane, directeur risque du groupe Vivescia, a souligné l’intérêt de ce groupe pour les options sur le marché du beurre. Celui-ci est en effet un ingrédient-clé de la fabrication de viennoiseries et pâtisseries par Délifrance, au sein du groupe Vivescia.

 

Notons que cette rencontre s’est tenue quelques jours après que le groupe Sodiaal ait annoncé expérimenter avec ses adhérents un programme visant à contractualiser tout ou partie du volume B sur les marchés à terme, dès 2020.