Un jour, une idée “Agricultures urbaines : de nouveaux métiers pour la fabrique des villes de demain”Publié le 30 juillet 2017 par agriDées

« Dans la perspective de densification des villes à l’horizon 2050, l’aménagement du territoire urbain demande davantage de prise en compte de la biodiversité au travers du développement de l’agriculture urbaine. En effet, cette nouvelle approche de la planification urbaine apparaît répondre aux besoins des villes intelligentes, post-carbones et résilientes de demain. Alors que l’urbanisme fonctionnel prône la séparation des fonctions, l’agriculture urbaine cherche à intégrer l’agriculture à la croissance urbaine tout en apportant des réponses à des enjeux multiples : intégration de l’économie circulaire, isolation thermique et phonique des bâtiments, réappropriation de l’espace public par les habitants, rapport plus direct à l’alimentation et création de lien social.

Le milieu urbain est composé de mondes culturels intriqués : préoccupations architecturales (intégration du bâti), environnementales, 30agronomiques, sanitaires, énergétiques, sociales et économiques. Cela impacte toutes les étapes d’un projet (conception, réalisation, gestion). On peut penser l’agriculture urbaine comme une composante intégrée du cycle complet de la ville, ce qui justifie de nouvelles formations transversales à l’interface entre plusieurs disciplines : l’agronomie, l’architecture, l’urbanisme, la géographie, etc. Ces formations intégreraient les aspects économiques, politiques, sociaux. Elles prépareraient aux décisions dans un environnement complexe, compte tenu d’un avenir parfois incertain.

 

Un nouveau profil d’ingénieur se dessine à la charnière entre les sciences du vivant, les sciences de l’aménagement et les sciences de la conception. Un ingénieur qui développe des stratégies d’innovation urbaine et des aménagements écologiques et durables intégrant au bâti l’innovation végétale et la valorisation de ce dernier à tous les niveaux.

 

De telles formations répondent à un besoin pour demain : des ingénieurs porteurs de projet, consultants, analystes, dotés de compétences hybrides leurs permettant d’évoluer dans les sphères professionnelles publiques et privées.  »

Marie-Asma BEN OTHMEN, Professeur associé, UniLaSalle

 

Contribution extraite du livre collectif “150 idées pour la réussite de nos agricultures“, édité par saf agr’iDées en juin 2017, dans la thématique : “Agricultures et territoire”, page 37. L’auteur est seul responsable du contenu de sa contribution.