Un jour, une idée “Les indicateurs de biodiversité au service de l’agriculture !”Publié le 31 décembre 2017 par agriDées

« A l’heure où la loi sur la biodiversité vient impacter la politique nationale et s’accompagne d‘un nouveau cortège de contraintes pour nos agriculteurs, au moment où cette loi vient aussi en filigrane indéniablement péjorer l’image qu’ils renvoient, essayons de positiver. Chiche ! Substituons au comptage des pesticides, indicateur négatif, porteur de mal faire et de mal être, un indicateur positif, vrai reflet des bonnes pratiques agricoles car résultant d’itinéraires techniques vertueux tels que promus par la loi, celui rendant compte de l’évolution de la biodiversité dans nos territoires ruraux.

 

Environnement d’un côté et santé de l’autre, dans les deux cas il peut être intéressant de développer non pas uniquement des obligations de moyens comme cela l’est pour la diminution des pesticides mais des obligations de résultats en matière de biodiversité et de santé. A cet égard ne serait-il pas plus judicieux de parler d’indicateurs de biodiversité plutôt que seulement de quantité de pesticides utilisés ? A ce stade de nos connaissances il est par ailleurs utopique de penser que la production agricole nationale et a fortiori européenne ou internationale se fera avec zéro pesticide. Dans le même temps reconnaissons que nos agricultures demeurent sans aucun doute parmi les plus performantes du monde tant dans leur respect des aménités sociétales que dans celui de la production en quantité et en qualité. Sans rentrer dans le détail, quel pays au monde peut se targuer d’avoir un contrôle aussi efficace que celui exercé par nos services de santé sur la qualité sanitaire des produits issus de l’agriculture ? Constatons, et félicitons nous-en : la réactivité de nos systèmes d’avertissements des consommateurs activés dès que la moindre information de risque santé d’un produit est connue.

 

Alors, oui, nous devons à juste titre lutter contre ce que l’on appelle la sixième extinction, celle de la biodiversité. Construisons donc de tels indicateurs avec la société civile ou sa représentation, exemple de démocratie participative pour une société positive et fière de ce qu’elle veut et de ce qu’elle fait. Faisons revenir les abeilles ! »

 

 

 

Michel SALAS, Inspecteur Général de la Santé Publique Vétérinaire, Directeur
régional du CIRAD de Montpellier

 

 

 

Contribution extraite du livre collectif “150 idées pour la réussite de nos agricultures“, édité par saf agr’iDées en juin 2017, dans la thématique : “Recherche et innovation”, page 176. L’auteur est seul responsable du contenu de sa contribution.

 

 

Penser l’innovation organisationnelle en agriculture“, Zam-Zam ABDIRAHMAN et Loïc SAUVEE, Enseignants-chercheurs, UniLaSalle

Promouvoir et aider spécifiquement la recherche associant des compétences publiques et privées”, Damien BONDUELLE, Chef d’entreprise de travaux agricoles, Président de saf agr’iDées

L’accès aux données pour la recherche et l’innovation en agriculture. Position des Instituts Techniques Agricoles“, François BRUN, Mehdi SINE, Sylvain GALLOT, Animateurs du Réseau Numérique et Agriculture de l’ACTA

Respectons et écoutons les experts“, Marie-Cécile DAMAVE, Responsable innovations et marchés, saf agr’iDées

Quelle recherche agronomique face à la demande croissante d’innovations ?“, François HOULLIER, Administrateur provisoire de Université Sorbonne-Paris-Cité, ancien Président-Directeur général de l’INRA

Investir dans la génétique de précision pour relever le choc climatique“, Gil KRESSMANN, Directeur de Syntonie Communication

Une innovation ouverte à intensifier“, Philippe LECOUVEY, Directeur Général, ACTA

Développer l’entomoculture“, Maxime MOINARD, Boursier Nuffield France 2016

Innover par la tradition“, Leslie MOREIRO, Docteure en sciences du management, Université Paris-Saclay

Améliorer la durabilité de l’agriculture bio via la sélection génétique“, Adrien PELLETIER, Ingénieur agricole, co-gérant de la Ferme d’Orvilliers, de la semence jusqu’au pain

L’Agriculture, espace de création et d’innovation“, Benoit PRESLES, Président NUFFIELD France

Plus de science et de technologie pour une phytoprotection agricole durable“, Catherine REGNAULT-ROGER, Membre de l’Académie d’agriculture de France, Membre correspondant de l’Académie nationale de Pharmacie, Professeur des universités émérite

Vers la gestion de maladies des plantes“, Ivan SACHE, Alia DELLAGI et Lilian GOUT, Enseignants-chercheurs en pathologie végétale, Département « Ecologie, adaptation, interaction », Agro-ParisTech