Un jour, une idée “L’agro-écologie et les filières agricoles : construire en commun le regard systémique”Publié le 24 novembre 2017 par agriDées

« L’agro-écologie sur les exploitations agricoles demande de penser l’entreprise agricole en mode « système ». Intégrer les interactions et amplifier les synergies permet d’accroître la productivité et la qualité.

 

La filière attend de ses producteurs un produit en quantité et qualité, à un prix bas. Les sucreries veulent plus de betteraves, moins chères, plus tôt mais aussi plus tard. La conséquence sur le blé suivant leur importe peu… Chaque filière relative à une production agricole va avoir cette attitude (OS de céréales, conserverie de légumes ou transformateur de pommes de terre), sous-estimant les contraintes qui s’imposent à l’agriculteur dans son choix de système.

 

Améliorer le rendement du blé, conduit à penser les rotations. Les aménités positives sur les autres cultures pourraient profiter de celles du blé. Un blé derrière un pois de conserve avec une fumure azotée restreinte bénéficie d’azote dès l’automne et couvre plus vite le sol, réduisant la dépense de semences et d’herbicides. Peu d’adventices et pompage de l’azote permettent une culture de lin textile ou de pommes de terre dans de bonnes conditions avec gains de productivité, réduction des coûts et de l’impact environnemental.

 

Par exemple, dans le système agricole picard, les productions majeures sont le blé, les betteraves, les pommes de terre, le colza, les légumes de conserve, l’orge ou le lin textile. Chaque production s’insère dans une filière qui a ses équilibres économiques particuliers permettant la rémunération des acteurs. En contexte de dérégulation, la culture la plus rentable dont la filière se porte le mieux prendra-t-elle le pas sur les autres ? Quid de l’agro-écologie, en monoculture, des autres filières qui disparaitront et des impacts économiques et sociaux induits sur les territoires ? Quid de l’avenir des exploitations spécialisées à la première chute des cours ?

 

Les filières doivent s’entendre pour construire, ensemble et avec les agriculteurs, une réflexion systémique, incluant agronomie et organisation, social et économie : c’est leur intérêt commun.  »

 

 

 

Christine LECLERCQ, Enseignant-chercheur, UniLaSalle, et Bernard DE FRANSSU, Directeur du Développement Durable, UniLaSalle

 

Contribution extraite du livre collectif “150 idées pour la réussite de nos agricultures“, édité par saf agr’iDées en juin 2017, dans la thématique : “Produire mieux, produire plus”, page 144. L’auteur est seul responsable du contenu de sa contribution.

 

Et les légumineuses ?“, Alicia AYERDI GOTOR, Olivier SCHEURER, Christine LECLERQ, Elisa MARRACCINI, Enseignants, UniLaSalle

L’autonomie alimentaire en élevage laitier : le défi à relever sur les prochaines décennies“, Guillaume BERNARD, Agriculteur boursier Nuffield France 2015, Conseiller sur la démarche « Production Laitière Durable » auprès des producteurs laitiers SAVENCIA

Agriculteurs et éleveurs à la recherche d’une nouvelle autonomie, Francis CAPELLE, Céréalier et éleveur, Administrateur de saf agr’iDées, Ingénieur agronome, Expert agricole et foncier

Vers une agriculture plus adaptée aux réalités du marché et plus forte dans la filière agro-alimentaire“, Charles DE COURSON, Député de la Marne, Rapporteur sur le budget agricole

Mettre en oeuvre une action de valorisation de l’agriculture intermédiaire“, Claude DOMENGET, Expert foncier et agricole, Gérant SCP OPTIMES

Place à l’agriculture de conservation“, Yann FICHET, Ancien Directeur des affaires institutionnelles et industrielles, Monsanto

Des agriculteurs mieux formés pour répondre aux enjeux de demain“, Laure FIGEUREU-BIDAUD, Agricultrice, Nuffield 2016