Un jour, une idée “L’autonomie alimentaire en élevage laitier : le défi à relever sur les prochaines décennies”Publié le 16 novembre 2017 par agriDées

« Les dernières décennies ont occasionné de profondes mutations sur la filière laitière. Les perspectives de croissance de la consommation de produits laitiers à l’horizon 2050 ont amené l’Europe à libéraliser la production laitière. La volatilité des cours des matières premières ainsi que la fréquence des aléas climatiques sont dorénavant devenues des critères décisionnels cruciaux à intégrer par les agriculteurs.

 

Ces paramètres ont conduit les producteurs laitiers à repenser les schémas de production. La gestion des troupeaux laitiers a considérablement progressé notamment sur les critères de productivité et de performances technico-économiques. Les modes d’alimentation constituent le coeur de ces préoccupations avec comme figure de proue « l’autonomie alimentaire ».

 

Il n’existe pas de seuil unique d’autonomie à atteindre : celle-ci varie en fonction de la diversité des systèmes laitiers. La dépendance aux sources protéiques coûte cher et dépend du type de ration apporté au troupeau. En effet, l’optimum recherché oscille fortement entre les modèles de production issus des kibboutz israéliens caractérisés par des troupeaux fortement dépendants des achats fourragers extérieurs et les exploitations herbagères néo-zélandaises calées sur un pâturage intégral et quasi autonomes.

 

En France, l’autonomie fourragère moyenne est un atout indéniable (82% de la ration totale). Néanmoins cet équilibre est fragile et l’éleveur devra ajuster le curseur pour définir le niveau de chargement bovin adapté à la surface fourragère disponible en tenant compte du potentiel de production de ses sols.

 

Des marges d’amélioration existent, allant de l’optimisation de la ration de base jusqu’au recours aux prairies multi-espèces ou encore l’implantation de méteils dans certains systèmes fourragers. De nouvelles pistes doivent également être explorées…

 

Les éleveurs devront faire preuve d’innovation et de technicité pour développer de nouvelles méthodes de production qui seront primordiales à l’avenir pour relever ce défi. »

 

 

Guillaume BERNARD, Agriculteur boursier Nuffield France 2015, Conseiller sur la démarche « Production Laitière Durable » auprès des producteurs laitiers SAVENCIA

 

 

Contribution extraite du livre collectif “150 idées pour la réussite de nos agricultures“, édité par saf agr’iDées en juin 2017, dans la thématique : “Produire mieux, produire plus”, page 138. L’auteur est seul responsable du contenu de sa contribution.

 

Et les légumineuses ?“, Alicia AYERDI GOTOR, Olivier SCHEURER, Christine LECLERQ, Elisa MARRACCINI, Enseignants, UniLaSalle