Un jour, une idée : “Lutter contre la volatilité des prix”Publié le 21 août 2017 par agriDées

« Le 14 décembre 2016, réuni en séance Plénière à Strasbourg, le Parlement européen a adopté à une large majorité mon rapport d’initiative sur les outils de la PAC pour lutter contre la volatilité des prix. Je me félicite de ce vote, visant à aider les agriculteurs par la conception de nouveaux outils de gestion des risques et renforçant leur position dans les filières alimentaires. Nous ouvrons la voie à la prochaine politique agricole commune (PAC).

 

Les objectifs à long terme de la PAC doivent être en effet d’assurer des niveaux de vie équitables pour la communauté agricole, de stabiliser les marchés et de garantir une production alimentaire suffisante et de qualité. C’est pourquoi nous devons défendre une meilleure capacité d’organisation dans divers secteurs et renforcer la contractualisation à la fois pour les agriculteurs, les transformateurs et les distributeurs, au travers d’organisation de filières telles que les interprofessions.

 

Pour lutter contre la volatilité des prix, je propose notamment trois idées forces :

  1.  Renforcer la contractualisation entre les différents acteurs de la chaîne
    alimentaire ;
  2. Orienter la PAC vers une politique de soutien aux agriculteurs, via des
    systèmes assurantiels permettant de garantir les revenus face à la volatilité
    des prix ;
  3. Rendre les marchés plus transparents à travers la création d’observatoires
    des prix et le renforcement de ceux existant.

Au moment où la Commission européenne commence à enclencher les travaux de réflexions sur le renouvellement de la PAC, il m’est apparu essentiel d’envoyer un message clair au monde agricole. Etant moi-même agricultrice, je veux montrer que l’Union européenne peut apporter des solutions et que le Parlement prend au sérieux les questions agricoles. »

Angélique DELAHAYE, Député européen

 

Contribution extraite du livre collectif “150 idées pour la réussite de nos agricultures“, édité par saf agr’iDées en juin 2017, dans la thématique : “Gestion des risques”, page 62. L’auteur est seul responsable du contenu de sa contribution.