Un jour, une idée “Place à l’agriculture de conservation”Publié le 22 novembre 2017 par agriDées

« L’’agriculture doit bien sûr évoluer. Les agriculteurs font face à une augmentation de la demande alimentaire et à une raréfaction des surfaces agricoles. Elle doit aussi jouer un rôle dans la lutte contre le changement climatique comme l’a rappelé le Ministre de l’agriculture à Marrakech lors de la COP22.

 

Ainsi, des méthodes durables et productives doivent être développées. Cela doit passer par une meilleure gestion des sols et les pratiques de l’agriculture de conservation. Définie par la FAO en 2001, cette agriculture a pour objectif de conserver la fertilité des sols, en les préservant contre les processus de dégradation qui peuvent les affecter.

 

Elle repose sur l’application simultanée de trois principes : le travail du sol à minima – sans labour – , la couverture permanente des sols et la diversification des espèces cultivées.

 

En France, des têtes bien-pensantes déconnectées des réalités agricoles prônent un retour à une agriculture « traditionnelle » et mécanique. Cependant, un tel retour en arrière pourrait signifier un recul environnemental (l’usage du labour de manière intense fait baisser la matière organique, libérée dans l’atmosphère sous forme de CO2, et favorise l’érosion des sols) ; économique (investissement matériel et consommation élevée d’énergie fossile) ; et social du fait d’un accroissement de la pénibilité au travail.

 

L’innovation n’est pas synonyme de dégradation, bien au contraire. Depuis des années, les entreprises agricoles et les agriculteurs s’évertuent à améliorer leurs pratiques pour une agriculture durable. Cependant, souvent stigmatisés par une réglementation tatillonne, ces derniers se voient contraints par des réglementations qui répondent à un idéal fantasmé, souvent loin des réalités du terrain. Il faut redonner leurs rôles aux agronomes et à l’innovation, identifier région par région les conditions de mise en place d’une agriculture de conservation. »

 

 

 

Yann FICHET, Ancien Directeur des affaires institutionnelles et industrielles, Monsanto

 

 

Contribution extraite du livre collectif “150 idées pour la réussite de nos agricultures“, édité par saf agr’iDées en juin 2017, dans la thématique : “Produire mieux, produire plus”, page 142. L’auteur est seul responsable du contenu de sa contribution.

 

Et les légumineuses ?“, Alicia AYERDI GOTOR, Olivier SCHEURER, Christine LECLERQ, Elisa MARRACCINI, Enseignants, UniLaSalle

L’autonomie alimentaire en élevage laitier : le défi à relever sur les prochaines décennies“, Guillaume BERNARD, Agriculteur boursier Nuffield France 2015, Conseiller sur la démarche « Production Laitière Durable » auprès des producteurs laitiers SAVENCIA

Agriculteurs et éleveurs à la recherche d’une nouvelle autonomie, Francis CAPELLE, Céréalier et éleveur, Administrateur de saf agr’iDées, Ingénieur agronome, Expert agricole et foncier

Vers une agriculture plus adaptée aux réalités du marché et plus forte dans la filière agro-alimentaire“, Charles DE COURSON, Député de la Marne, Rapporteur sur le budget agricole

Mettre en oeuvre une action de valorisation de l’agriculture intermédiaire“, Claude DOMENGET, Expert foncier et agricole, Gérant SCP OPTIMES