Un jour, une idée “Respectons et écoutons les experts”Publié le 20 décembre 2017 par agriDées

« Post-vérité » : tel est le mot de l’année 2016 selon le réputé dictionnaire d’Oxford. Il le définit comme « relatif à ou reflétant les circonstances dans lesquelles des faits objectifs ont moins d’influence pour façonner l’opinion publique que ce qui touche aux émotions et aux croyances personnelles ». Si ce concept se réfère ici au monde politique, il s’applique également au domaine  agricole.

 

L’accès à l’information et à la connaissance semble être aujourd’hui un jeu d’enfant : en quelques clics, chacun d’entre nous a instantanément accès à beaucoup d’informations, grâce à internet. Mais, dans ce monde de « postvérité », n’importe qui peut s’exprimer sur n’importe quoi et de n’importe quelle manière. Les moteurs de recherche donnent malheureusement la primeur à la quantité des expressions et non à leur qualité.

 

L’influence de ces outils est considérable. Les militants l’ont compris depuis longtemps, et utilisent ces outils très habilement. Résultat, il devient difficile de faire la distinction entre une opinion qui touche aux émotions et aux croyances et la description de faits objectifs.

 

De nombreux sujets qui concernent l’agriculture sont devenus des sujets de société : l’eau, les pesticides, les OGM, le libre-échange, la biodiversité, le bio… chacun a entendu parler de ces sujets grâce à internet, mais il est très difficile de se forger une opinion réellement éclairée tant les informations disponibles sont plus des prises de positions que la présentation de faits objectifs.

 

La réussite de nos agricultures nécessite que les experts soient écoutés et respectés. Les fruits de leurs travaux doivent éclairer les décideurs politiques et l’opinion publique. N’importe qui ne peut pas être expert de n’importe quoi. Cela demande du temps, des questionnements, des mises en questions, la reconnaissance par les pairs… La parole des experts doit devenir plus audible, pour que les opinions et les décisions se fassent enfin sur des bases tangibles. »

 

 

 

Marie-Cécile DAMAVE, Responsable innovations et marchés, saf agr’iDées

 

 

 

Contribution extraite du livre collectif “150 idées pour la réussite de nos agricultures“, édité par saf agr’iDées en juin 2017, dans la thématique : “Recherche et innovation”, page 166. L’auteur est seul responsable du contenu de sa contribution.

 

 

Penser l’innovation organisationnelle en agriculture“, Zam-Zam ABDIRAHMAN et Loïc SAUVEE, Enseignants-chercheurs, UniLaSalle

Promouvoir et aider spécifiquement la recherche associant des compétences publiques et privées”, Damien BONDUELLE, Chef d’entreprise de travaux agricoles, Président de saf agr’iDées

L’accès aux données pour la recherche et l’innovation en agriculture. Position des Instituts Techniques Agricoles“, François BRUN, Mehdi SINE, Sylvain GALLOT, Animateurs du Réseau Numérique et Agriculture de l’ACTA