Un jour, une idée “Retrouver l’élan”Publié le 20 octobre 2017 par agriDées

« L’agriculture française est exceptionnelle par sa diversité. Elle est parmi les plus performantes au monde dans de très nombreux domaines.

 

Ainsi la France a développé la notion d’appellation d’origine géographique porteuse d’un savoir faire et d’un savoir vendre des produits de haute et constante qualité. Ces produits apportent à notre balance commerciale des devises indispensables. L’élu du cognac est fier ici de rappeler que plus de 95% de cognac est exporté avec une croissance régulière et significative sur de grands marchés comme les Etats-Unis.

 

La France est aussi traditionnellement la première exportatrice européenne de céréales. En fournissant en particulier des pays comme le sud du bassin méditerranéen, elle garantit présence économique et influence dans des pays proches où la question alimentaire est cruciale pour la stabilité politique. Le premier groupe laitier mondial est français. Les grandes coopératives laitières de notre pays détiennent des marques fortes et sont présentes sur les marchés émergents qui demandent des produits de qualité sanitaire irréprochable. Ces entreprises sont concurrentielles parce qu’elles collaborent avec des producteurs performants.

 

Ces réussites, et combien d’autres, nous devons les sauvegarder. La demande des marchés mondiaux augmente pour les produits de qualité. Il faut y répondre en s’y adaptant, en investissant, en innovant. L’Europe doit accompagner cette stratégie de conquête. Elle doit reconstruire une PAC qui renforce ces acquis, tout en garantissant la protection de nos paysages et de notre environnement. L’Europe doit évidemment et d’abord, assurer l’approvisionnement de son marché intérieur. Elle doit aussi être conquérante sur les marchés mondiaux. Pour atteindre ces objectifs, les exploitations agricoles doivent être compétitives. Les charges, les structures et les coûts de production ne peuvent plus être des handicaps. Il faut les concevoir pour que les entreprises soient dynamiques et viables. L’Europe doit consolider des instruments de protection contre les aléas climatiques et la volatilité des cours mondiaux. Le partage de la valeur ajoutée entre les agriculteurs, leurs fournisseurs, leurs clients et les consommateurs doit être équitablement assuré par des relations contractuelles stables et sans défiance. Nous avons à consolider notre agriculture avec une PAC plus forte et plus stratégique : toutes les formes d’agriculture y trouveront leur place en partenariat partagé dans les filières.

 

L’agriculture française dans ses diverses formes, doit reprendre confiance. Ses succès dépendront de ses capacités d’adaptation, d’un dialogue au sein de chaque filière et d’un cadre public sécurisant, et moins interventionniste. »

 

 

Dominique BUSSEREAU, Ancien Ministre, Député et Président du département de la Charente-Maritime, Président de l’Assemblée des Départements de France

 

 

Contribution extraite du livre collectif “150 idées pour la réussite de nos agricultures“, édité par saf agr’iDées en juin 2017, dans la thématique : “Politiques agricoles”, page 118. L’auteur est seul responsable du contenu de sa contribution.

 

Compétitivité et protection des producteurs“, Jean ARTHUIS, Député européen, Ministre de l’Economie de 1995 à 1997

Renforcer le rôle des agriculteurs au sein des filières et des interprofessions“, Philippe BOURGEOIS, Consultant