Journée internationale des femmes en sciences : une présence plus marquée en agriculturePublié le 12 février 2018 par Marie-Cécile DAMAVE

La Journée internationale des femmes et filles de science est fêtée chaque année le 11 février pour promouvoir leur accès et leur participation à ces disciplines, où elles sont généralement sous-représentées.

 

A l’origine de cette Journée internationale, le rapport[1] de l’UNESCO sur la science paru en 2016, qui contient un chapitre dédié à la place des femmes dans la science et l’ingénierie. Il constate que « si elles sont relativement bien représentées dans certaines disciplines scientifiques connexes, notamment la santé, l’agriculture et la gestion de l’environnement, elles sont cependant très minoritaires dans d’autres secteurs appelés à jouer un rôle déterminant dans la transition vers le développement durable, tels que l’énergie, l’ingénierie, les transports, les technologies de l’information et de l’informatique ».

 

L’UNESCO constate dans ce rapport que les femmes représentent seulement 28% des chercheurs au niveau mondial, 33% dans l’Union européenne, et à peine 25% en Allemagne, en France et aux Pays-Bas. De plus, le plafond de verre demeure intact, puisque « plus on s’élève dans la hiérarchie du système de recherche scientifique, plus la part des femmes diminue ; elles sont finalement très peu nombreuses à parvenir à se hisser jusqu’aux plus hauts niveaux de la sphère scientifique et décisionnelle ».

 

Dans les sciences liées à l’agriculture, la part des femmes est généralement plus élevée que dans les autres disciplines scientifiques, à part celles de la santé.  « Partout dans le monde, on constate une progression régulière du nombre de diplômées depuis 2000 » dans les sciences agricoles, indique le rapport de l’UNESCO. Plusieurs explications sont avancées, telles que le déploiement de l’industrie agro-alimentaire et de la sécurité alimentaire dans le monde, et la forte représentation des femmes dans les biotechnologies. En France, la part des femmes diplômées de l’enseignement supérieur dans tous les domaines scientifiques est de 37,8%, alors qu’elle n’est que de 25,6% en ingénierie, mais elle monte à 50,1% dans les sciences de l’agriculture (année 2013, données UNESCO).

 

A l’occasion de cette Journée internationale 2018, l’association « Femmes et Sciences » a publié l’ouvrage « 40 femmes scientifiques remarquables du XVIIIe siècle à nos jours ». De nombreuses communications mettant en avant les femmes en science peuvent se retrouver sur Twitter avec les hashtags #WomenInScience et #FemmesEnScience le 11 février. L’INRA par exemple a mis en avant plusieurs femmes spécialistes de la nutrition, de la santé, du développement et de la génomique.

 

 

Pour aller plus loin :

Page de l’UNESCO sur la Journée internationale des femmes et des filles de sciences, 11 février : http://www.un.org/fr/events/women-and-girls-in-science-day/background.shtml

Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation : Journée internationale des femmes et des filles de sciences 2018 : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid126414/journee-internationale-des-femmes-et-des-filles-de-sciences-2018.html?platform=hootsuite

Retrouvez aussi nos interviews de Louise O. Fresco, Présidente de l’Université de Wageningen (Pays-Bas), Marion Guillou, Présidente d’Agreenium, et Pamela Ronald, Professeur à l’Univeristé de Davis (Californie), réalisées en novembre 2016 à l’occasion de la réunion « Sécurité alimentaire : rencontre avec trois grandes dames de la recherche internationale » : https://www.agridees.com/securite-alimentaire-rencontre-avec-trois-grandes-dames-de-la-recherche-internationale/

 

 

[1] https://fr.unesco.org/USR-sommaire