La stratégie nationale pour la bioéconomie est enfin annoncéePublié le 20 janvier 2017 par Marie-Cécile DAMAVE

Le 18 janvier 2017, la stratégie nationale française sur la bioéconomie a été annoncée et présentée en conseil des ministres. Elle est le fruit d’un travail interministériel de plusieurs années entre les ministères de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le ministère de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, et le ministère de l’Agriculture de l’Agroalimentaire et de la Forêt.

 

Dans un communiqué de presse, le ministère de l’agriculture définie la bioéconomie comme une « économie de la photosynthèse. Le document stratégique publié contient :

  • un cadre à la bioéconomie à la française : elle englobe l’ensemble des activités liées à la production, à l’utilisation et à la transformation de bioressources,
  • les enjeux : sécurité alimentaire, changement climatique, économie des territoires, indépendance et balance commerciale,
  • un état des lieux de l’existant en termes de ressources et de voies de transformation,
  • des pistes de développement pour les bioressources et leur mobilisation, les industries de valorisation, avec des objectifs de durabilité économique, environnementale et sociale, et de performance pour la recherche, le développement et les innovations technologiques, et organisationnelles.

 

Remarquons l’approche inclusive de cette stratégie, qui intègre toutes les sources de biomasse (filières agricoles, forêt-bois, marines et aquacoles), les usages alimentaires et non-alimentaires, l’implication d’acteurs publics et privés, l’approche agro-écologique et les technologies pointues telles que les biotechnologies industrielles, la recherche/développement classique, en « living labs » et le dialogue avec la société, et la prise en compte de toute la chaîne de valeur comprenant les acteurs de l’amont et de l’aval de la production.

 

Ce document d’orientation ne contient pas de propositions opérationnelles, qui devraient être déclinées dans un second temps dans un plan d’action. Les orientations pourraient y être un peu différentes, selon la future majorité politique gouvernementale et les niveaux d’influence de chaque ministère.

 

L’agr’iDébat du 27 février 2017 que nous organisons avec et au SIMA permettra de mettre cette stratégie en perspective par rapport aux options prises dans d’autres pays européens (Allemagne,  Finlande, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni : « L’agriculteur, maillon fort de la bioéconomie ». Détails et inscriptions sur ce lien : https://www.safagridees.com/evenement/sima-2017-lagriculteur-maillon-fort-de-la-bioeconomie/