L’agroéquipement en « zone de turbulences »Publié le 13 octobre 2016 par Marie-Laure HUSTACHE

axema

Une « période sensible », une « zone de turbulences »…C’est ainsi que les représentants du Syndicat national du service et de la distribution du machinisme agricole (Sedima) et du Syndicat français des industriels de l’agroéquipement (Axema) ont qualifié la conjoncture économique de leurs filières, d’après les résultats de l’enquête de conjoncture réalisée en septembre 2016 auprès de leurs adhérents.

 Conséquence de récoltes catastrophiques notamment en grandes cultures, une majorité d’industriels interrogés s’attend à une diminution de leur activité en France sur le second semestre 2016, comprise entre -6% et -25% par rapport à 2015. Cette baisse des ventes touche notamment les  tracteurs, matériels de récolte, matériels de fenaison, semis et plantation, travail du sol, élevage, laiterie, matériels d’arrosage et de protection des cultures. Les difficultés s’installent ainsi pour toutes les familles de produits, à l’instar de la conjoncture observée dans les filières agricoles. Seuls épargnés : les matériels viti-vinicoles et les équipements pour espaces verts.

La tendance globale pour les commandes de matériels neufs dans la distribution est également très nettement à la baisse (-20% estimés pour le 2nd semestre 2016) avec un marché de l’occasion qui s’inscrit également en recul (-14%).

L’effectif des salariés en industrie a augmenté de 0,4% en 2015 (contre 0,6% estimé en septembre 2015). Les perspectives sur 2016 sont en légère baisse à -2%. Du côté de la distribution, les effectifs ont diminué de 0,5% selon les premières estimations.  Les promesses d’embauches faites en 2015 se sont confirmées malgré le nombre de candidats insuffisants. Face à cette situation économique particulièrement difficile, la filière tente de maintenir ses emplois et poursuit sa politique de formation et d’embauche des jeunes.

Pour conclure, Axema et le Sedima en ont appelé aux pouvoirs publics pour que la filière des agroéquipements soit intégrée au plan d’aide à l’agriculture afin de maintenir un service de proximité aux agriculteurs et préserver les emplois dans les territoires. Avec un chiffre d’affaires de 11 milliards € en 2015 pour la France, la filière des agroéquipements emploie 52 000 salariés.