Le chiffre : en France 4% d’agriculteurs ont choisi l’agriculture de conservation des solsPublié le 11 septembre 2018 par agriDées

Présentée comme une “troisième voie” entre l’agriculture conventionnelle et l’agriculture biologique par l’Association pour la Promotion d‘une Agriculture Durable (APAD) qui réunit 500 agriculteurs et techniciens, l’agriculture de conservation des sols met en avant ses capacités d’innovation et ses qualités en tant que solution d’avenir.

Selon les membres de l’APAD, qui échangent et expérimentent au sein de 10 collectifs régionaux et leur association nationale, ce système agricole basé sur la conservation du sol, déjà pratiqué massivement sur plusieurs continents, s’appuie sur 3 piliers : l’arrêt du travail du sol (arrêt du labour et de toute perturbation mécanique du sol), la couverture permanente avec des couverts végétaux et la diversité des espèces cultivées. Il permet ainsi de réduire l’érosion par 3 et de diminuer de 50 la consommation de carburant, selon ses défenseurs.

Des atouts qui seront mis en avant lors des Journées patrimoine Sol APAD les 14, 15 et 16 septembre 2018 avec vingt fermes ouvertes pour présenter au public cette option choisie par des agriculteurs. Selon l’APAD, à travers le monde, les surfaces cultivées en agriculture de conservation des sols progressent ainsi chaque année (150 millions d’hectares à ce jour). En France, ce système agricole est en voie de développement. On estime ainsi que 4 % des agriculteurs français ont adopté l’agriculture de conservation (source INRA).