Le chiffre : 23 %Publié le 11 octobre 2016 par Marie-Laure HUSTACHE

hebel

C’est le pourcentage d’adultes de 15 ans et plus qui déclarent avoir limité leur consommation de viande en 2016. Un chiffre exclusif issu d’une nouvelle étude à paraître du CREDOC, et révélé par Pascale Hebel à l’occasion de l’Assemblée Générale de Culture Viande (ex SNIV-SNCP, syndicat regroupant les entreprises privées et coopératives de l’abattage-découpe-transformation des viandes). Revenant sur la tendance à la baisse de la consommation de viande en France et sur l’augmentation du « flexitarisme » (c’est-à-dire une plus grande flexibilité dans la pratique végétarienne, consistant notamment à manger rarement de la viande de qualité) notamment chez les femmes, la Directrice du pôle consommation et entreprise du CREDOC a insisté sur la transformation de notre rapport à la viande mais aussi sur les nouvelles potentialités pour la filière, avec la recherche de produits plus personnalisés et « axés santé », de « produits –plaisir » inscrits dans « nos cultures viande » qui ne demandent qu’à être redynamisées.

Sans nier le rejet de la viande d’une part croissante des (souvent jeunes) consommateurs et « l’impératif d’une communication plus transparente » (« Les citoyens votent en achetant !» a insisté Pascal Berthelot, journaliste et intervenant), la séance d’interventions dynamiques “en mode TEDX”  organisée autour de la question « Consommation, quelle viande pour demain ? » a aussi souligné le professionnalisme et la puissance de la filière (Jean-Marie Séronie, agro-énomiste), le dynamisme accru de l’offre en rayons avec des produits revalorisés (« viande-ingrédient », « viande fraiche » etc.) et un réel effort de pédagogie culinaire auprès des consommateurs.

Dosage, antigaspi, plaisir*, vérité et simplicité  : des notions rappelées enfin par Xavier Terlet (XTC World Innovation) ou encore Caroline Faillet (Bolero), experte en stratégie digitale…pour réinventer ensemble une « marque viande » forte de son histoire et de ses talents (Sylvie Gilibert, Iscom).

 

*Voir aussi notre Note saf agr’iDées “Bien manger cela s’apprend et prend du temps