Le Principe de précaution 10 ans aprèsPublié le 13 mai 2015 par Jean-Baptiste MILLARD

Tel était le thème du colloque organisé à l’Espace Fondation EDF le 11 mai dernier, par ETHIC (Entreprise de taille Humaine Indépendante et de Croissance), en partenariat notamment avec la Fondation Concorde, qui a publié en mars dernier une étude consacrée au « Principe de précaution, oser le risque »

L’ambition de ce colloque était de faire le point sur un principe constitutionnalisé il y a 10 ans et dont la mise en œuvre semble, aux dires des intervenants, détournée de son objectif initial, à tel point qu’Eric Woerth, député de l’Oise et ancien Ministre, présent à la première table ronde, en ait proposé le retrait du bloc de constitutionnalité par une proposition de loi constitutionnelle en définitive rejetée.

Bien qu’appliqué avec discernement par les juges, le principe de précaution ne doit pas être un principe de blocage ou d’abstention, mais un appel à la recherche ont plaidé certains, pour sortir d’une logique anxiogène à l’égard des filières innovantes.

Philippe Chalmin, économiste et fondateur du Cercle CyclOpe, a partagé avec la salle une interrogation : « Comment se fait-il que le France, pays scientifique par excellence, a tourné le dos à la recherche ? ».

Et Jean-Paul Delevoye, Président du Conseil économique, social et environnemental, de conclure les débats en espérant le retour du gout de l’aventure industrielle, que les concitoyens retrouvent une « appétence en l’avenir ».