Le smartphone reste définitivement le terminal le plus utilisé pour accéder à internetPublié le 14 décembre 2018 par Marie-Laure HUSTACHE

Selon le dernier Baromètre du numérique 2018, paru le 3 décembre dernier et fruit de l’étude annuelle de référence pilotée par l’Arcep, le CGE et l’Agence du Numérique*, le smartphone reste définitivement le terminal le plus utilisé pour accéder à internet, avec 46% (+4 points par rapport à 2017) de la population de 12 ans et plus qui se connecte à internet principalement via le smartphone, alors que le taux d’utilisateurs préférant se connecter à internet grâce à un ordinateur diminue de 3 points et s’établit à 35%.
Cette progression est portée par le développement des réseaux 4G dont l’accès devient de plus en plus aisé. En 2018, 61% des détenteurs d’un téléphone mobile se connectent à internet grâce aux réseaux 4G (+20 points en deux ans). D’ailleurs, dans la façon de se connecter à domicile, les connexions sur le réseau mobile sont les seules à progresser.
Certains usages plafonnent, la part des internautes progresse
En 2018, 89% de la population est internaute (+1 point par rapport à 2017) et 80% des personnes se connectent quotidiennement (+4 points par rapport à 2017). Si les plus de 70 ans sont moins souvent internautes que les plus jeunes (60% contre 100 % des 18-24 ans), ils sont de plus en plus nombreux à utiliser internet avec 7 points de plus en 2018 après une hausse de 5 points en 2017 et de 10 points en 2016. La recherche d’offres d’emploi sur internet est en légère augmentation (+ 1 point). Si la part des acheteurs en ligne se consolide à 61 %, la fréquence des achats augmente : la part de ceux qui achètent au moins une fois par semaine passe de 29% à 35 % entre 2016 et 2018. La participation aux réseaux sociaux se
maintient à 59%, elle est même en baisse significative chez les 12-17 ans.

Autre enseignement : la sensibilité à la protection des données personnelles s’accroît.

 

En progression depuis 10 ans et en accélération en 2018, l’inquiétude face à une insuffisante protection des données personnelles constitue le premier frein à l’utilisation d’internet.  La mise en œuvre du règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD) en mai 2018 ne rassure qu’un quart des Français. Pour autant, une majorité d’entre eux ne paraît pas disposée à payer des services qui garantiraient la protection de ces données. Certains préfèreraient même les partager plutôt que de payer un service jusque-là gratuit.
* Réalisée par le CREDOC (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie), elle porte sur un échantillon représentatif de 2214 personnes interrogées de 12 ans et plus, interrogées en face-à-face.