Les entreprises du Cac 40 énoncent prudemment leur “raison d’être”Publié le 12 mars 2020 par Marie-Laure HUSTACHE

Entreprise (du CAC 40), dis moi quelle est ta “raison d’être” en 2020,  et je te dirai qui tu es… Factuelle ? Pragmatique ? Aspirationelle ? 

Deux ans après le Rapport Notat- Sénard qui a contribué à introduire la “raison d’être” des sociétés dans la loi du Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (Loi PACTE), l’agence Comfluence a passé au crible l’expression ouverte et revendiquée de la “raison d’être” (que l’on peut définir comme l’intérêt collectif  poursuivi à long terme par l’entreprise) de l’ensemble des sociétés du CAC 40. Simple “purpose washing” ou vrai engagement ?

55% des entreprises du CAC 40  affichent ainsi une raison d’être, mais 9 % l’ont inscrit à date dans leurs statuts après un vote en AG (c’est le cas de Carrefour* et Atos), et 54,5 % communiquent de façon diffuse et plus sobre par le voies classiques et réseaux sociaux.  “Si ces raisons d’être viennent donner du sens, elles complètent davantage une stratégie de positionnement et de communication qu’elles n’expriment des stratégies de transformation. ” constatent les auteurs de l’étude.

Travailler sur leur raison d’être a ainsi amené les entreprises à mener une réflexion plus large sur leur ADN historique, et l’activité même du groupe. Comfluence cite ainsi le cas de Sodexo créé en 1966 reprenant sa raison d’être initiale, Air Liquide ou Sanofi suivant la même voie. Autre enseignement :  “Le “client” (à satisfaire) est demeure la référence centrale pour l’entreprise.” Arrivent ensuite :  la RSE et les enjeux de développement durable, dans un contexte où il est désormais difficile et mal vu d’ignorer les externalités négatives de bon nombre d’activités. Puis enfin “la confiance“, à égalité avec la notion d'”avenir”, évoqué de manière claire par seulement 18,2 % des sociétés du CAC 40.

Trois façons de parler de l’entreprise

Comfluence a enfin dans cette même étude choisi de classer en trois catégories les entreprises selon leurs raisons d’être déclarées : les “factuelles”, majoritaires et où celle ci est centrée sur l’activité (Air Liquide, Atos, Carrefour, Sanofi, Peugeot etc.), les “pragmatiques” où la raison d’être est centrée sur la performance (Crédit Agricole, Sodexo, BNP Paribas, Publicis group…) et les “aspirationnelles” axées sur le bénéfice sociétal (veolia, Michelin, pernod Ricard etc.)

 

* Dans un communiqué du 24 avril 2019 et dans ses statuts, Carrefour exprime ceci : ” Notre mission est de proposer à nos clients des services, des produits et une alimentation de qualité et accessibles à tous à travers l’ensemble des canaux de distribution. Grâce à la compétence de nos collaborateurs, à une démarche responsable et pluriculturelle, à notre ancrage dans les territoires et à notre capacité d’adaptation aux modes de production et de consommation, nous avons pour ambition d’être leader de la transition alimentaire pour tous.”