La logistique portuaire, un maillon au service des filières agricolesPublié le 19 janvier 2018 par Isabelle DELOURME

crédit photo : Sénalia

Après une collecte céréalière record, puis catastrophique l’année suivante, le groupe Sénalia, opérateur des terminaux portuaires céréaliers et agro-industriels sur le port de Rouen affiche un modèle résilient qui lui permet de continuer sa politique d’investissements. Thierry Dupont, président du groupe Sénalia, s’est félicité de cette capacité d’adaptation le 12 janvier 2018, lors de la réunion d’information organisée, à l’occasion de ses assemblées générales (Sénalia Union et Sénalia Sica), devant plus de 360 professionnels de la filière agricole. Il a souligné l’importance de l’organisation transversale,  de la mutualisation des équipes et de l’amélioration des process mis en place.

En un an, le groupe qui a enregistré une perte de 65% des volumes de céréales transités par les silos et une baisse du chiffre d’affaires de cette activité de 57 %, dégage néanmoins un résultat d’exploitation de 781 k€. L’explication réside dans une répartition des risques, engagée depuis 1992, avec le développement d’activités logistiques avec l’agro-industrie de la trituration (partenariat avec Saipol), du sucre (partenariat avec Saint Louis Sucre), du bio-éthanol (partenariat avec Tereos Benp à Lillebonne) et du cacao (partenariat avec Cargill).

Le groupe Sénalia poursuit l’amélioration de ses services en proposant un triage plus pointu des céréales qui permet de satisfaire de nouveaux clients à l’exportation, toujours plus exigeants. Une nécessité pour Gilles Kindelberger, Directeur Général du Groupe Sénalia, qui espère voir Rouen obtenir les autorisations administratives vétérinaires de déchargement des blés nord-américains, actuellement dirigés sur les ports belges et néerlandais, puis réacheminés vers la France en camion !