Mieux accompagner les consommateurs dans un monde disruptifPublié le 16 mars 2018 par Marie-Laure HUSTACHE

 

Pour son cinquantième anniversaire, l’Institut national de la consommation (INC) a choisi d’organiser le 15 mars 2018 un débat prospectif consacré aux changements de nos modes de consommation à l’ère de la société numérique. « Si le numérique et l’intelligence artificielle ont irrigué l’ensemble de la réflexion, cela montre que ce n’est pas un simple effet de mode mais effectivement une révolution qui dépasse largement la sphère économique. » argumente l’INC : « Que reste d’humain dans les pratiques et les relations ?  Quelles sont les recommandations des observateurs et des experts pour mieux protéger et accompagner les plus “60 millions de consommateurs” français et les plus de 700 millions de consommateurs européens ? »

De la ville de demain en passant par la santé et l’alimentation, les changements de paradigmes ont été décryptés tout au long des débats, l’accent portant fortement sur les droits et le respect des consommateurs de plus en plus « acteurs », et ceci à deux mois de l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).

« Le consommateur citoyen est de plus en plus conscient de la valeur de ses données et est légitime quand il réclame une compensation de l’exploitation de ses données, parfois à son insu ! » a rappelé Martine Derobert-Masure Secrétaire générale de l’AFOC (Association force ouvrière des consommateurs) lors de la table-ronde sur « L’intelligence artificielle, vers un consommateur augmenté ou diminué ? ». Impossible aussi de ne pas songer aux scandales alimentaires récents, la Secrétaire d’Etat Delphine Gény- Stephann rappelant en introduction que « Le gouvernement est particulièrement vigilant dans le domaine de la sécurité alimentaire. La confiance du consommateur est indispensable à tous les acteurs du marché, qui devront aussi mieux saisir les évolutions des consommateurs aujourd’hui et demain. »

La table-ronde n°4 intitulée « Comment les attentes des consommateurs préfigurent le modèle alimentaire de demain ?» a justement été l’occasion  pour les intervenants de revenir sur cette précieuse « confiance » et sur les conclusions des Etats généraux de l’alimentation (EGA).

« Ce grand rendez-vous des EGA, qui a mobilisé l’ensemble des acteurs, a souligné l’importance des réponses à donner aux consommateurs en matière de santé, d’environnement, de bien-être animal etc. ainsi que sur la répartition de la valeur. La révolution des outils numériques en matière de traçabilité et de plateformes venant accompagner et renforcer ces attentes. » a commenté Catherine Geslain-Laneelle, Directrice générale de la DGPE (Ministère de l’agriculture).

« Avec les EGA, qui ont eu au moins le mérite de donner le signal du changement, le Ministre de l’agriculture nous a demandé de réduire en trente jours un problème qui dure depuis trente ans ! » a déclaré Serge Papin, PDG du groupement coopératif Système U, ajoutant : « On a détruit de la valeur et de la qualité de notre alimentation …Il faut tout reconstruire désormais, et si nous changeons notre rapport à la nutrition, nous changerons notre rapport à la santé. »

« La confiance, la transparence : toutes les exigences des consommateurs c’est notre devoir de nous ouvrir davantage et d’y répondre. Mais cette qualité coûtera plus cher, la qualité n’a pas de prix mais elle a un coût. »  a souhaité compléter pour sa part Pierre-Alexandre Teulié, DG du e-business et du développement durable de Nestlé France.

Un livre blanc pour aller plus loin

En parallèle au débat du 15 mars, l’INC a tenu à publier un Livre blanc de 55 pages dédié « au consommateur averti, au patient-expert, au citoyen-partenaire ».  Quels seront les impacts de l’intelligence artificielle dans notre vie quotidienne ? Quels enjeux se dessinent autour de l’alimentation et de la santé ? Comment vivrons-nous la ville de demain ? Comment le statut du consommateur va-t-il évoluer ? Pour cette étude prospective sur la consommation de demain, l’INC a rassemblé des experts de tous horizons pour échanger sur des problématiques qui auront des impacts concrets dans notre vie quotidienne. Agridées, qui a notamment publié la Note « Bien manger cela  s’apprend et prend du temps »  a ainsi eu le plaisir de participer à ces travaux. Ces réflexions croisées ont abouti à la rédaction de cet ouvrage téléchargeable en ligne qui propose des recommandations aux différents acteurs de la consommation et présente les chantiers que l’INC entend mener dans les années à venir pour assurer une meilleure information des consommateurs.