Perspectives économiques des marchés agricoles selon la Commission européenne à horizon 2024Publié le 12 décembre 2014

Un nouveau rapport de la Commission européenne présentant ses perspectives économiques pour les marchés agricoles d’ici 2024 vient de sortir. La production européenne de céréales devrait stagner pendant la prochaine décennie à environ 318 millions de tonnes en 2024 (même niveau que 2014), avec autant de blé, plus de maïs et moins de céréales secondaires. Les exportations de blé sont le segment le plus dynamique de la demande. La production d’oléagineux devrait également demeurer stable à 32 millions de tonnes, limitée par des contraintes agronomiques et une demande constante pour l’industrie du biodiesel. Les besoins de l’UE en protéines devraient rester couverts à 66% par les importations, en particulier de tourteaux de soja.
La production européenne de viandes devrait augmenter de 2% à 45 millions de tonnes d’ici 2024, en raison de la croissance des viandes de volaille (augmentation de la demande intérieure) et de porc (développement des exportations). En revanche, la tendance baissière historique de production et de consommation de viande de bœuf devrait se poursuivre.
Les perspectives de la filière laitière sont favorables, à la fois en termes de prix et de volumes, en réponse à une demande mondiale en pleine croissance, mais freinée par les contraintes environnementales et la concurrence des autres régions du monde sur les marchés internationaux. Ainsi, la collecte laitière devrait-elle progresser de 7% pour atteindre 158 millions de tonnes en 2024, et le prix du lait payé aux producteurs devrait-il demeurer au niveau relativement ferme de 350 €/tonne. Selon les estimations de la Commission, la croissance de la demande intérieure en fromages et la progression de la demande internationale en poudres sont les principaux facteurs de croissance de la collecte laitière européenne. © M-C.H-D. / saf agr’iDées