Prix et marges des produit alimentaires : focus sur le bioPublié le 19 juin 2020 par Isabelle DELOURME

Philippe Chalmin, président de l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires, a présenté le 18 juin 2020 le rapport 2020 remis au Parlement.

Cet outil a été créé par la loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche de 2010, pour éclairer les filières sur la formation des prix tout au long des activités de production, de transformation et de distribution des produits alimentaires.

 

Le neuvième rapport remis au Parlement livre un éclairage sur les produits issus de l’agriculture biologique. Si les données sont encore insuffisantes pour établir la décomposition des prix au détail et calculer les coûts de production, le rapport 2020 dresse un panorama général de cette filière, avec un focus spécifique sur le lait UHT ½ écrémé bio et les fruits et légumes bio.

 

La filière lait de vache biologique semble jusqu’à présent parvenir à adapter l’offre à la demande. En dépit de la croissance de la collecte de lait bio observée en 2019, les prix se sont finalement maintenus au-dessus des niveaux constatés en 2018, malgré un repli au premier trimestre. Prix standard et prix réel ont atteint leur plus haut niveau jamais enregistré, signe d’un bon équilibre du marché.

 

La filière des fruits et légumes biologiques affiche également une dynamique de croissance avec une gamme qui s’élargit dans les magasins non spécialisés et en particulier les GMS, alors que les ventes en magasins spécialisés bio se maintiennent.

 

 

Globalement en 2019, la progression de l’ensemble des prix à la production agricole, initiée en 2017, continue avec une hausse moyenne de 1,8 % par rapport à 2018. Ces variations sont à mettre en regard des évolutions des prix des moyens de production également à la hausse depuis 2017, progressant de 1,6 % entre 2018 et 2019.

 

En moyenne, en 2019, les prix des produits des industries alimentaires repartent à la hausse (+ 1,1 % entre 2018 et 2019, selon l’indice des prix de production de l’industrie alimentaire de l’Insee).

 

Les prix à la consommation des produits alimentaires enregistrent, en 2019 également, une nouvelle hausse de 2,5 %, augmentation plus prononcée qu’entre 2017 et 2018. Cette hausse est supérieure à l’inflation globale des prix à la consommation en France mesurée par l’INSEE. Ces évolutions de prix à chaque stade cachent cependant des dynamiques contrastées selon les filières.

 

Pour l’ensemble des rayons alimentaires frais, après imputation des charges, la marge nette des GMS rapportée au chiffre d’affaires ressort à 1,8 % avant impôt, en baisse par rapport à 2017 (2,2 %).