2020 : l’agriculture toujours au cœur des débats Publié le 20 décembre 2019 par Jean-Baptiste MILLARD

Après le temps fort des Etats généraux de l’alimentation et le long parcours législatif jusqu’à la loi du 31 octobre 2018, on pouvait penser que l’agriculture serait reléguée au second plan des priorités des Français et de leurs responsables politiques en 2019. Il n’en fut rien ! Les questions agricoles et alimentaires ont occupé, tout au long de l’année, une place centrale dans l’actualité, et ce sur tous les plans.

 

Economique d’abord, avec les premiers griefs formulés à l’encontre de la loi EGALIM, dans laquelle les agriculteurs avaient sans doute nourri trop d’espoirs. Le partage de la valeur ne se décrète pas, mais les outils sont désormais sur la table.

 

International ensuite, à travers l’épisode houleux de la ratification d’un CETA déjà en vigueur pour l’essentiel depuis 2017, de la signature de l’accord de libre-échange entre l’UE et le Mercosur, auquel le Président de la République a retiré son soutien au moment du G7 de Biarritz.

 

Sanitaire et environnemental encore, avec l’épisode de la Zone de non traitement (ZNT), que le ministre de l’Agriculture vient de trancher en la fixant à 5 ou 10 mètres en fonction des cultures et des produits, ou la poursuite du feuilleton de la sortie du glyphosate, dont on voit bien que les alternatives crédibles peinent à se dégager et entraîneront en toute hypothèse un surcoût.

 

Sociétal enfin avec, d’une part, une montée en puissance des actions violentes des mouvements antispécistes, qui touchent au cœur des éleveurs pourtant soucieux du bien-être de leurs animaux et, d’autre part, la prise de conscience par le grand public d’un nombre anormalement élevé de suicides dans la population agricole, tendance difficile à enrayer au regard des causes multifactorielles de ce phénomène auquel on ne peut se résoudre.

 

Les plus pessimistes considéreront que la dialectique entre la société et ses agriculteurs génère le « malaise paysan », ce dernier étant confronté aux injonctions sociétales fluctuantes d’une alimentation toujours plus saine et plus respectueuse de l’environnement et du bien-être animal, sans que le consommateur accepte toujours d’en payer le prix.

 

Mais de ces injonctions, de nombreux chefs d’entreprises agricoles ont décidé, individuellement ou collectivement, d’en faire une force pour repartir à la conquête du consommateur. Ils ont choisi de se démarquer à travers des labels, des signes de qualités, des certifications ou de se saisir des réseaux sociaux pour communiquer directement et positivement avec les citoyens.

 

Les grands enjeux de 2020 se profilent déjà : la réforme de la Politique agricole commune et la définition du Plan Stratégique National (PSN) ; l’urgence climatique qui exige aussi des acteurs de l’économie agricole et alimentaire des réponses plus rapides qu’on ne pouvait l’imaginer ; la réforme des outils de régulation du foncier à propos desquels le ministre de l’Agriculture oscille encore entre un dirigisme accru et un contrôle réduit mais plus efficace.

 

Sur tous ces sujets, agridées offrira en 2020 un lieu de débat, fournira des clés de compréhension et avancera des propositions. Rejoignez-nous et participons ensemble !

@SAFThinkTank