Agriculture connectée et de précision : espoirs et réalité Publié le 11 octobre 2019 par Francis CAPELLE

Un groupe de chefs d’entreprise allemands de la région de Rhénanie-Palatinat est venu à agridées afin d’échanger sur l’état des connaissances au sujet de l’agriculture de précision connectée.

Après avoir écouté la délégation et organisé un échange avec des experts français, agridées les a emmené voir la « ferme agro-écologie 3.0 » de Péronne puis la station Arvalis de Villers St Christophe dans les Hauts-de-France.

 

Il ressort de ces échanges que la technique permet dorénavant d’associer capteurs, caméras d’analyse multi spectrale, drones et stations météo connectées dans le but de prévoir et préciser les interventions culturales.

D’ici quelques temps, un véritable tableau de bord numérique permettra une gestion avancée de l’exploitation agricole. L’addition des cartes de résistivité électrique associée aux cartes de rendement des sols permettra de géolocaliser de façon pertinente et donc d’optimiser les apports d’intrants.

Nous entrons donc dans une agriculture de précision connectée dite « 4.0 ».

Tous ces outils à présent disponibles restent cependant comme des briques au pied du mur tant que la construction et l’architecture du modèle ne sont pas finalisées. Mais l’affaire avance.

Un participant a comparé cette irruption digitale dans l’agriculture à la révolution de la mécanisation puis de la motorisation au siècle dernier.

Naturellement, les questions portent sur le rapport coût/efficacité et le temps de retour de ces nouveaux investissements. Les chefs d’entreprise ne les adopteront que s’ils perçoivent la capacité à enrichir la chaîne de valeur.

Si ces technologies sont passionnantes et prometteuses, les résultats tangibles sont encore à préciser. Avec cinq ans de recul, la Ferme 3.0 constate en effet à ce stade des gains marginaux de rendements  en blé. Souvent, en effet, le sol, la météo, les marchés ont le dernier mot, effaçant toutes les finesses mises en œuvre par l’agriculture de précision connectée. Et les aides directes de la PAC constituent encore une part importante du résultat de l’entreprise agricole.

Certes l’agriculture de précision connectée ouvre des percées intéressantes qui vont permettre l’optimisation de l’utilisation des intrants et donc leur innocuité.

 

Mais sachons raison garder et rester les pieds sur terre. Le contexte pédoclimatique d’un côté et le contexte économique et les aides de la PAC de l’autre sont les deux mamelles du revenu agricole.

@SAFThinkTank