Des agricultures pour des marchés Publié le 10 mars 2016 par

La crise agricole, avec ses multiples manifestations régionales, ainsi que la vitrine du salon de l’agriculture (qui vient de fermer ses portes) a placé l’activité et ses filières sous les projecteurs des médias.

Mais si  les multiples émissions et reportages ont le mérite de permettre la reconnaissance des caractères  dramatiques des situations enregistrées dans de nombreuses exploitations et la sensibilisation de l’opinion publique, il faut désormais quitter le monde des paroles pour passer à celui des décisions et des actes.

Ce n’est pas en opposant les différents  modèles agricoles qui coexistent dans notre pays, ce n’est pas en favorisant les antagonismes entre les gros et les petits, entre les  bio et les conventionnels, entre les circuits courts et les filières industrielles et commerciales, que l’on forgera les solutions de demain.

 

Les segments de marché qui constituent les  débouchés de nos activités de production sont suffisamment diversifiés pour rendre complémentaires ces modèles  multiples à condition toutefois que l’on s’assure d’une adéquation entre les offres et les demandes (à tous les niveaux, depuis l’échelon local jusqu’à ceux des marchés internationaux).

 

Notre agriculture est riche de ses diversités mais elle est affaiblie par ses oppositions internes et par des antagonismes qui résultent d’une identification politicienne de ses différentes composantes.

 

Or la campagne médiatique exceptionnelle sur la crise agricole qui pourrait réconcilier les agriculteurs avec leurs concitoyens, et mobiliser les responsables politiques en faveur de démarches pragmatiques, réalistes et consensuelles doit elle-même sortir des ornières polémiques pour participer positivement aux attentes légitimes des producteurs.

 

Christian BONNETIER, est administrateur à saf agr’iDées

@SAFThinkTank