La « plateformisation » de l’agriculture est en marche Publié le 12 février 2016 par Michel DUBOIS

Ce nouveau modèle économique, permis grâce au numérique, offre aux acteurs d’une filière d’interagir à faible coût en mettant en contact fournisseurs et clients, devenus interchangeables.

 

La France dispose de conditions sociales qui ont permis l’émergence de Blablacar (devenu en dix ans le premier service au monde de covoiturage) et de « La Ruche Qui Dit Oui » (qui met en contact 4000 agriculteurs et 100 000 consommateurs), très regardés à l’étranger. Miimosa a déjà proposé 179 projets agricoles en financement participatif. En moins d’un an, WeFarmUp a mis en contact 500 agriculteurs pour la location de matériel agricole entre exploitants.

 

Le Crédit agricole participe à cette émergence par sa pépinière, « Le Village by CA ». Les start-ups dans le domaine agricole se multiplient. Dans une France trop souvent présentée frileuse, n’est-pas au contraire la preuve que notre monde agricole est avide d’innovations et d’interactions ?  Loin d’être une critique du système coopératif français, reconnu pour sa réussite, n’y-a-t-il pas là un moyen nouveau de stimuler sa vitalité ?

 

C’est donc aux agriculteurs  de provoquer ces nouvelles plateformes répondant à leurs nouveaux besoins. À quand les plateformes d’échange de savoirs et d’expérience, directement entre agriculteurs, à même de créer de nouvelles références en agronomie et élevage ?

 

Michel Dubois, LaSalle-Beauvais et administrateur à saf agr’idées

@SAFThinkTank